Assurance credit

L'assurance emprunteur bientôt plus chère que le crédit ?

Publié par le

L'assurance crédit représente un tiers du coût total du crédit

Si les banques gardent toujours la main sur l'assurance emprunteur, et ce malgré l’ouverture à la concurrence, la chute des taux de crédit immobilier pourrait faire évoluer la situation. Aujourd’hui, l'assurance prêt immobilier représente à elle seule un tiers du coût total du crédit.

Une situation qui pourrait encourager à résilier

Loi Lagarde, loi Hamon, loi Bourquin : en une dizaine d’années, ces trois lois ont progressivement ouvert le droit des consommateurs en matière d’assurance emprunteur. La dernière en date, la loi Bourquin, a considérablement ouvert le marché à la concurrence en permettant aux assurés de résilier leur assurance crédit à chaque date anniversaire du contrat. Une avancée qui n’a toutefois pas eu les effets escomptés. « La position de marché historique des contrats collectifs des banques se maintient autour de 85 %, les contrats individuels tournant autour de 15 % », indique aux Echos Fabrice Gardette, responsable assurance chez Accenture.

Si les banques gardent toujours la main sur l'assurance emprunteur, la situation pourrait prochainement évoluer. L’impressionnante chute des taux de crédit immobilier pourrait en effet changer la donne. Ces taux sont désormais si bas que l’assurance prêt immobilier représente à elle seule près d’un tiers du coût total du crédit. « On en est quasiment au point où le coût de l’assurance est supérieur au prix du crédit dans le cas des assurances de groupes bancaires », souligne aux Echos Astrid Cousin, porte-parole de Magnolia.fr. Une situation qui pourrait encourager les consommateurs à comparer les offres d’assurance emprunteur et à changer de contrat.

Sanctionner les banques récalcitrantes

Si le changement de contrat pouvait paraître compliqué, la législation vient encore de simplifier la démarche. Depuis le 1er juillet dernier, la date d’anniversaire de signature de l’offre de prêt fait office de référence pour résilier. Les banques ne peuvent donc plus faire varier les règles. Face aux dernières qui pourraient se montrer récalcitrante Martial Bourquin, auteur de la loi éponyme, souhaite sanctionner les banques ne respectant pas cette possibilité. Le non-respect de cette information pourra être sanctionné par une amende de 1 500 €.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES