• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance credit

La convention AERAS : quel impact sur le secteur de l'assurance ?

Publié par le

La convention Aeras a été adoptée en 2007, elle a été mise en place dans le but de faciliter l’accès au crédit aux personnes handicapées et aux personnes atteintes de maladies graves. Un dispositif louable puisque ces personnes ont du mal à s’octroyer un prêt immobilier ou à la consommation.

La première convention Aeras

Cette première convention adoptée en 2007 pour une durée de trois ans avait prévu que l’emprunteur devait avoir moins de 70 ans à la fin du prêt. Il fallait également que le montant du prêt ne surpasse pas les 300 000 €. Avec l’ancien dispositif, le risque invalidité ainsi que le décès était couverts.

Un autre avantage, les délais de réponse étaient raccourcis et les questionnaires de santé pour les prêts à la consommation avaient été supprimés jusqu’à 15 000 €. Cette ancienne convention était déjà une véritable solution pour les personnes ayant des problèmes de santé, mais la nouvelle convention est des solutions encore plus avantageuses !

Ce qui a changé après l’adoption de la convention

Depuis son entrée en vigueur, la convention a déjà permis à des personnes ayant ou ayant eu des problèmes de santé à avoir accès à l’assurance crédit lors d’un emprunt. Rien qu’en 2012, près de 2,6 millions de demandes d’assurance de prêts dans le cadre des crédits immobiliers et professionnels ont été acceptées par les compagnies d’assurances.

14,3 % des dossiers traités concernaient des personnes qui avaient de graves problèmes de santé et 97 % des demandes qui impliquaient des risques de santé ont été reçu et ces personnes ont bénéficié au moins de la garantie permettant de couvrir le risque de décès.

Jusque là la convention a tenue parole, pour rappel, le but du dispositif est d’offrir une meilleure couverture ainsi que des démarches simplifiées aux personnes voulant contracter un crédit.

Le dispositif se révèle être un véritable coup de pouce pour les personnes les plus modestes. Ainsi, en 2012,  62 %  des couvertures décès proposées pour les personnes présentant de graves problèmes de santé ont été souscrites sans surprime et sans exclusions de garantie. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES