Assurance credit

Le HSCF s'inquiète de la baisse constante des taux de crédit immobilier

Publié par le

Crédit immobilier : Bercy souhaite éviter l'emballement

Face à l’incessante baisse des taux de crédit immobilier et à la forte concurrence à laquelle se livrent les banques, le Haut Conseil de stabilité financière (HSCF) souhaite éviter l’emballement. Bercy doit récolter cette semaine les contributions à la consultation lancée sur le sujet.

Le Haut Conseil de stabilité financière s’inquiète

Eviter l’emballement du crédit immobilier. Il est impossible d’y avoir échappé. Depuis plusieurs semaines, les taux de crédit immobilier ne cessent de baisser. Une situation exacerbée par la concurrence à laquelle se livrent les banques mais qui n’est pas sans inquiéter le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF). Le mois dernier, l’autorité chargée de veiller à la stabilité financière en France a lancé une consultation publique sur le sujet. Une consultation qui se clôturera cette semaine après que Bercy ait reçu l’ensemble des consultations des banques et autres acteurs du marché.

Limiter la baisse des taux

Pour Bercy et le ministre de l’Economie – qui préside le HCSF – l’objectif est clair : limiter la baisse des taux pour éviter la surchauffe. En septembre dernier, alors que le taux moyen s’élevait à 1,18 %, l’encours des crédits immobiliers a augmenté de 6,5 %. Une progression qui, si elle reste gérable en l’état, n’est pas sans risque. Dans un rapport rendu en octobre, le HCSF évoquait notamment sa crainte d’un assouplissement trop important des conditions d’octroi. L’autorité y pointait également du doigt la baisse de rentabilité des banques qui pourrait « fragiliser le secteur ».

Pour éviter la surchauffe, plusieurs pistes ont été ou seront abordées. La première d’entre elles concerne la part des revenus consacrée aux remboursements d’un emprunt et aux charges. Le HCSF souhaite interdire un taux d’effort supérieur à 33 %. D’autres solutions existent comme limiter les rachats de crédits entre les banques ou augmenter le taux d’usure, c’est-à-dire le taux maximum que peuvent appliquer les banques.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES