Assurance prêt immobilier

Les emprunteurs plus fragiles ont des taux de crédit plus élevés

Publié par le

Malgré les écarts entre les profils, il reste possible pour les emprunteurs les plus en difficulté de souscrire un crédit immobilier

Le courtier VousFinancer a récemment publié une étude révélant, non pas les taux de crédit accordés aux profils les plus solides, mais bien les taux de crédit accordés aux profils habituellement boudés par les banques. Plusieurs choses en ressortent : les écarts se creusent avec les dossiers préférés mais il reste tout de même possible de devenir emprunteur.

Les banques sont plus sélectives sur les dossiers emprunteurs plus fragiles

VousFinancer révèle que les emprunteurs « non grata » bénéficient plus difficilement d'un crédit. Mais qui sont-ils ? Parmi ces profils, on retrouve par exemple :

  • les emprunteurs travaillant en intérim ou en CDD ;
  • les co-emprunteurs sans emploi ;
  • les profils avec un problème de santé ;
  • les emprunteurs sans apport ou à l'épargne très réduite ;
  • ceux qui souhaitent souscrire un crédit seul et ayant des revenus modestes.

Et en cette fin d'année, la souscription à un crédit immobilier est encore plus ardue : « En cette fin d’année, nos courtiers constatent qu’ils ont des difficultés accrues à financer certains profils d’emprunteurs, considérés comme plus risqués ou moins rentables : essentiellement les financements à 110 %, c’est-à-dire incluant le montant du bien ainsi que l’ensemble des frais, et les revenus inférieurs à 30 000 € par an », allègue Sandrine Allonier, porte-parole de VousFinancer.

En outre, les conditions de souscription à un emprunt se durcissent. Ce sentiment est par ailleurs partagé par 95% des courtiers VousFinancer, contre seulement 64 en 2018. Les emprunteurs disposant de moins de revenu et d'apport personnel se voient refuser un crédit plus souvent. Sur les trois derniers mois, les refus se sont échelonnés comme suit :

  • 53% des refus concernent des dossiers à moins de 25 000 euros de revenus par an ;
  • 38% des refus concernent des dossiers entre 25 000 et 48 000 euros de revenus par an ;
  • 9% des refus concernent des dossiers dossiers à plus de 50 000 euros de revenus par an ;
  • 66% des dossiers ayant été refusés disposent d'un apport inférieur à 10 000 euros et 20% n'en ont pas.

Les écarts entre les dossiers préférés des banques et les dossiers « à risques » augmentent

Aussi, les taux ont tendance à augmenter pour les profils les moins désirables pour les banques. Pour ces derniers, une hausse de 0,10% a été constatée. Ces hausses ne concernent toutefois pas l'intégralité des banques françaises. Seule une banque a baissé ses taux, de 0,05% en décembre. Les taux moyens restent toutefois stables :

  • emprunt sur 15 ans : 1,05%
  • sur 20 ans : 1,25%
  • sur 25 ans : 1,45%

Il reste toujours possible de devenir emprunteur quand on a un « profil fragile »

Les profils les plus modestes ne doivent toutefois pas abandonner leurs recherches. VousFinancer a donné quelques exemples de ces profils, qui arrivent à souscrire un emprunt auprès d'une banque à l'achat d'un logement.

  • Lille : Couple, sans apport, moins de 1000 € d'épargne, un crédit conso en cours, 1650 €/mois de revenus pour Monsieur, 1100 € /mois pour Madame. Prêt de 170 000 € à 1,70 % sur 25 ans
  • Firminy :  Célibataire, 26 ans, en CDI depuis septembre 2019, 1500 €/mois, pas d’apport, 0 € d’épargne. Prêt de 100 000 € à 1,30 % sur 25 ans + 40 000 € de PTZ
  • Firminy : Couple, 1 CDI et 1 sans emploi, 35 ans, 4 enfants, salaire 2 500 €/mois, pas d’apport, 0 € d’épargne, prêt de 180 000 € à 1,40 % sur 25 ans
  • Maubeuge :  Célibataire, 28 ans intérimaire depuis 2011, revenus de 1600 € en moyenne, 5 000 € d’apport. Prêt de 113 000 € à 2 % sur 25 ans
  • Saint-Quentin (Aisne) : Couple, 24 ans, sans apport, Monsieur en CDI, 1800 €, Madame étudiante - Prêt de 62 000 € à 1,5 % sur 20 ans + 35 000 € de PTZ sur 25 ans
  • Laval :  Couple, 28 ans et 25 ans, 1 enfant, Monsieur en CDD contractuel, 1 250 € de revenus, Madame licenciée et en contrat de sécurisation professionnelle. 10 000 € d’apport. Construction de maison. Prêt de 80 000 € à 1,55 % sur 25 ans + 52 000 € de PTZ sur 20 ans.
  • Le Perreux : Couple, 30 ans, Madame en CDD à l'éducation nationale, Monsieur en CDI, 1 800 € et 2 200 € de revenus, pas d’apport, 0 € d’épargne, Mr avec un problème de santé, Achat en VEFA. Prêt de 185 000 € à 1,65 % sur 25 ans + 102 000 € de PTZ.
  • Châteauroux : Célibataire, 46 ans, avec 1 enfant, 2 400 € par mois, en arrêt de travail, projet terrain + construction, assurance emprunteur sans ITT, 4 000 € d’apport. Prêt de 140 000 € à 1,3 % sur 25 ans + PTZ de 30 000 € sur 20 ans

Le but de cette étude est bien de prouver qu'il reste possible d'emprunter, même quand son profil emprunteur ne fait pas partie des profils préférés des banques. « Heureusement nous parvenons encore à trouver des solutions pour les dossiers atypiques, mais souvent après plusieurs refus de différentes banques », assure Sandrine Allonier.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES