Assurance prêt immobilier

Les Français rêvent du logement de leur enfance

Publié par le

Quel est le logement idéal des Français ? On pourrait penser à une grande maison dotée d'un jardin... Mais si cette image n'est pas si éloignée de la réalité, la réponse est un poil plus complexe que cela. Les Français aspirent surtout à retrouver le logement qui a bercé leur enfance.

Les Français déménagent quatre fois dans leur vie

Pour dégager ces tendances, le réseau immobilier Procivis a lancé avec Harris Interactive et en partenariat avec la fondation Jean-Jaurès une étude à l'échantillon de 10 000 questionnaires permettant de retracer précisément le parcours immobilier des Français.

Tout d'abord, cette étude révèle que les Français ont vécu dans quatre logements différents depuis leur majorité. 10 % des sondés ont même connu huit logements différents et les plus de 50 ans en ont habité en moyenne 5,1. Pour les catégories socioprofessionnelles plus modestes, cette moyenne s'établit à 3,4.

« Que l'on appréhende le sujet par le type de logement (maison ou appartement), le lieu d'habitation (petite ville ou grande ville), la surface du logement ou encore le statut d'occupation (propriétaire ou locataire), tous les résultats convergent pour indiquer que derrière ce nombre moyen se dessine un schéma : le parcours s'arrête quand la personne a trouvé le logement qui lui convient », analysent le président de Procivis Yannick Borde et son directeur général Guillaume Macher.

Ils rêvent du logement qu'ils ont connu enfant

Mais quel est le logement qui convient au Français ? Appartement, maison... les résultats diffèrent mais une constante demeure : le Français désire habiter dans le logement qui l'a vu grandir. Ainsi, ceux qui ont grandi dans une maison préféreront une maison, ceux qui ont grandi dans un appartement privilégieront l'appartement et les enfants de propriétaires souhaitent davantage gagner ce statut que les autres. De même, ceux qui ont connu la campagne étant jeunes désirent plus que les autres rejoindre la ruralité.

Évidemment, la réalisation de ce désir est complexe et si 63 % de l'échantillon a passé son enfance en maison, seuls 30 % vivent en maison dans leurs premiers logements une fois l'âge adulte atteint. Mais ils sont tout de même 58 % à vivre actuellement dans une maison. Au demeurant, si 43 % des sondés affirment que leurs parents sont propriétaires, seuls 8 % le sont dans leurs premiers logements. 26 % le sont sur l'avant-dernier logement de leur parcours et 55 % pour leur logement actuel.

Une autre constante se dégage : l'envie d'une maison individuelle avec jardin. D'autant plus qu'avec la crise et la généralisation du télétravail, cette donnée est encore plus importante. « Ce goût pour la maison individuelle n'est pas un scoop, mais il s'est encore renforcé. Elle est plébiscitée par 79 % des sondés contre 76 % l'an passé. Sans doute que la nécessité de disposer d'un cocon, d'un espace de respiration est à l'origine de cette envie », explique Yannick Borde.

Cette donnée est très paradoxale car il y a autant de Français désirant une maison individuelle que de Français considérant qu'il n'y a pas assez d'espaces naturels préservés. Le sujet est d'autant plus chaud que la question du logement et de la maison individuelle a fait polémique après une sortie osée d'Emmanuelle Wargon, ministre du Logement. Cette dernière a en effet allégué la maison individuelle était un « non-sens écologique, économique et social ». « Si derrière la notion de densification, il n'y a que des immeubles et de la grande hauteur, il va y avoir des crispations et des réticences. Cette solution est adaptée aux plus grandes métropoles mais il y a aussi moyen de créer dans des secteurs moins tendus 30 à 50 maisons accolées avec de petites parcelles de jardin sur 1 hectare de terrain », s'avance Yannick Borde.

S'échapper de la capitale pour s'isoler

Autre donné notable de cette étude : un Francilien sur deux veut quitter l'Île-de-France s'il devait déménager. C'est un score plus élevé que dans les autres régions, deux fois celui de la Normandie, de la Bretagne, de l'Occitanie ou encore du PACA. « La volonté est forte et tous les marchés immobiliers secondaires y compris dans des villes jugées assez peu dynamiques ont été particulièrement actifs. Mais il faut malgré tout rester prudent pour voir si ces aspirations sont durables », poursuit le président de Procivis.

Dans la même veine, les Français désirent être isolés dans leur logement : isolation thermique ainsi que phonique. 95 % des sondés placent d'ailleurs l'isolation comme premier critère de choix pour un logement. 91 % des répondants estiment aussi qu'il faut pouvoir s'isoler de son propre entourage pour disposer de sa propre intimité. En outre, 26 % d'entre eux s'inquiètent de se retrouver avec des voisins indélicats lors d'un déménagement. « Si on veut voir ce résultat de manière plus positive, c'est aussi que le logement est devenu un endroit où l'on passe plus de temps, où il se passe plus de choses aussi bien en famille que pour le travail. Alors forcément, il faut disposer de lieux de partage mais aussi de lieux pour s'isoler », détaille Yannick Borde.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance prêt immobilier

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES