Assurance credit

Les prix de l'immobilier parisien atteignent des niveaux records

Publié par le

Dans les Ier, IXe et XVIIIe les prix ont augmenté de plus de 10 %

A Paris, les prix de l’immobilier ne cessent d’augmenter. Et en particulier pour les appartements anciens. Sur les 12 derniers mois, cette hausse atteint 8,1 % et les prix dépassent les 10 000 € du mètre carré dans 40 % des arrondissements.

Les prix immobiliers dans l’ancien ont augmenté de 8,1 % sur un an

Pour investir dans l’immobilier parisien, il faut y mettre le prix. Un prix qui ne cesse d’augmenter selon le baromètre LPI-SeLoger. Sur l’année, soit les 12 derniers mois, les prix immobiliers dans l’ancien ne font que grimper. Les appartements anciens ont ainsi vu leur prix augmenter de 8,1 %. Une tendance généralisée à l’ensemble des arrondissements. Dans 40 % d’entre-deux, les prix dépassent désormais les 10 000 € du mètre carré. Les prix de l’immobilier ancien dans les Ier, IXe et XVIIIe arrondissements ont augmenté de plus de 10 %. En moyenne, le baromètre LPI-SeLoger nous apprend qu’il faut compter 9 620 €/m² à Paris. A titre de comparaison, un logement ancien coûte en moyenne 3 540 €/m² dans le reste de la France.

Le VIIe est l’arrondissement le plus cher de la capitale

Les prix ne sont toutefois pas les mêmes selon les arrondissements. C’est qui est également le cas de leur hausse. Dans les IIe, IIIe, IVe, Ve, VIe, VIIe, VIIIe et XVIe arrondissements, ils atteignent désormais plus de 10 000 €/m². Une barre symbolique qui pourrait bientôt être franchie dans IXe (9 859 €) et XVIIe arrondissements (9 883 €). Parmi les 20 arrondissements de la capitale, le VIIe est le plus cher (13 088 €). Il est suivi de près par le VIe (12 852 €) et le IVe (11 761 €).  A l’inverse, les XIXe (6 940 €), XXe (7 366 €) et XIIIe (8 117 €) arrondissements sont les moins chers de la capitale.

 

infographie-prix-immobilier-paris-lpi-seloger

 

Outre la hausse des prix dans l’immobilier ancien, le baromètre LPI-SeLoger indique que le marché est « très tendu ». Concrètement, la demande est légèrement supérieure à l’offre. Un facteur qui se ressent sur les ventes. A Paris, ces dernières se passent très rapidement. Pour ce qui est de la marge de négociation, elle atteint 3,3 %.  

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES