Assurance prêt immobilier

Logement neuf : 60 % des investisseurs sont primo-accédants

Publié par le , Mis à jour le 13/10/2020 à 15:53

Les primo-accédants sont toujours aussi attirés par le logement neuf

Malgré la crise de Covid-19, le marché de l'immobilier reste dynamique. Même avec un tel contexte, les primo-accédants sont toujours friands de logements neufs. En effet, 60 % des investisseurs pour un logement neuf sont primo-accédants. L'immense majorité d'entre eux contractent un prêt immobilier pour réaliser leur projet, même si les conditions d'octroi se durcissent.

Pour le logement neuf, 60 % des acheteurs sont primo-accédants

Aujourd'hui, environ un tiers des investisseurs choisissent de se tourner vers du logement neuf et 60 % d'entre eux sont primo-accédants, d'après les chiffres de SeLoger. Autrement dit, ce sont des acheteurs n'ayant pas été propriétaires depuis 2 ans au moins de leur résidence principale. Malgré la crise, ces derniers n'ont pas perdu leurs velléités d'achat et 41 % des acheteurs pensent toujours que « c'est le bon moment pour acheter ». Presque deux tiers des acquéreurs jugent que l'immobilier reste une valeur sûre, refuge en ces temps troublés.

Il faut bien avouer que le logement neuf dispose de quelques avantages. Tout d'abord, il est personnalisable avant la livraison et ne requerra donc pas de travaux. Ils sont en outre compris dans les normes énergétiques actuelles et consomment donc peu, sont bien exposés et illuminés. « Le neuf n'est pas un problème, c'est une solution, pour loger les Français et leur donner le cadre de vie sain, confortable et durable auquel ils aspirent », affirme Alexandra François-Cuxac, présidente de la Fédération française des promoteurs immobiliers (FPI).

Par conséquent, l'offre en logements neufs vient à manquer. Il faut dire que la crise sanitaire part reporté les élections municipales, produisant une baisse du nombre de permis de construire délivrés. Ainsi, le marché du logement neuf aurait reculé de presque un quart depuis un an, d'après la Fédération Française du Bâtiment (FFB). Reste aussi la difficulté à obtenir un prêt immobilier pendant cette période.

Ils contractent un prêt immobilier pour acheter, malgré les conditions d'octroi exigeantes

Pour financer leur projet immobilier, 92 % des primo-accédants contractent un prêt. Malgré la crise, les taux n'ont que peu évolué et ne sont qu'en très légère hausse ; ils restent donc historiquement bas. Mais emprunter peut se révéler complexe dans certains cas. En effet, le HCSF (Haut Conseil de stabilité financière) avait recommandé aux banques à la fin de l'année 2019 de ne plus accorder de crédit au-delà d'un taux d'endettement supérieur à 33 % et pour une durée de plus de 25 ans ; conseil que les banques ont appliqué à la lettre. Le Conseil avait également exprimé sa volonté de ne pas revenir sur ces préconisations durant le mois de septembre.

Et cela se reporte principalement sur les primo-accédants : en avril 2020, la part de primo-accédants dans les dossiers de crédits immobiliers finalisés n'était que de 26 %, contre 34 % à la même période de l'année précédente, selon les données de la FFB. Les acquéreurs et professionnels du secteur s'inquiètent donc : le logement neuf risque-t-il de devenir financièrement inaccessible ? Pour répondre à ce problème, le gouvernement a mis en place un plan de relance, mais ce dernier ne parvient pas à satisfaire les professionnels du secteur. Ils déplorent que ce plan « laisse de côté l’immobilier neuf, qui ne reçoit qu’un dixième des moyens », explique Alexandra François-Cuxac.

Le budget des investisseurs ne change pas mais ils demandent plus d'espace

Face à cette tension sur le marché, les investisseurs en neuf ne comptent pas revoir leur budget à la baisse, bien au contraire. 81 % d'entre eux alloueront pour l'acquisition d'un logement neuf la même somme qu'avant la crise de Covid-19. Deux acheteurs sur trois envisagent même d'investir dans un logement jusqu'à 300 000 euros. Ces derniers sont également 61 % à vouloir une maison et environ un tiers d'entre eux ont pour critère la présence d'un espace extérieur : jardin, terrasse, balcon... La crise de Covid et le confinement ont sans aucun doute influencé les désirs des Français en matière d'immobilier.

À savoir également que l'investissement dans un logement neuf comporte quelques avantages fiscaux grâce au dispositif Pinel, qui a été prolongé jusqu'en 2022 pour soutenir le marché du neuf. Enfin, les frais de notaire sont généralement moins élevé dans le neuf, à environ 2 à 3 % du prix de vente contre 7 à 8 % dans l'ancien.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES