• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance credit

Loi Hamon : quel impact en recouvrement ?

Publié par le

Depuis le 26 juillet 2014, les dispositions de la loi Hamon relatives à l’assurance-crédit s’appliquent dans l’Hexagone. S’agissant de ce produit d’assurance en particulier, le texte veut favoriser le libre jeu de la concurrence en offrant à l’assuré un délai de réflexion plus long. Mais, ce n’est pas tout. Etat des lieux de ce nouveau dispositif.

Assurance-crédit : plus de concurrence

Face au succès mitigé de la loi Lagarde qui offre la possibilité de choisir entre l’offre d’assurance soumise par l’établissement prêteur et le contrat proposé par un organisme tiers, le gouvernement a voulu « redonner du pouvoir d’achat » aux Français en assouplissant les conditions de résiliation pour l’assurance-crédit.

Ainsi, pour les contrats souscrits à compter du 26 juillet 2014, l’emprunteur se voit offrir avec la loi Hamon un délai de réflexion d’une année pour choisir la meilleure assurance-crédit.

D’après le Journal du Net, ce dispositif va entraîner une baisse des litiges résultant d’un défaut d’information et, par ricochet, une plus grande efficacité du recouvrement.

Moins de différends pour les crédits

Afin de lutter contre le surendettement des ménages, la loi Hamon prévoit aussi l’obligation des professionnels de proposer un crédit amortissable, en plus du crédit renouvelable, pour tout crédit à la consommation à partir d’un montant de 1 000 euros.

Pour mémoire, le crédit renouvelable est une somme d’argent qui peut être dépensée comme bon lui semble par l’emprunteur. Ce crédit se reconstitue avec le versement des différentes échéances. Le crédit amortissable, quant à lui, concerne le financement d’un projet en particulier à l’aide d’une somme définie.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES