Assurance credit

Marché immobilier : les ménages ont de plus en plus de difficultés

Publié par le

Le profil de référence de l'acquéreur est un trentenaire aisé en couple

L’Insee vient de publier les résultats de son étude « Les revenus et le patrimoine des ménages ». Cette enquête présente les principaux indicateurs sur le patrimoine des ménages Français. Et la première information qui en ressort est qu’acheter un logement est de plus en plus difficile.

Baisse de l’acquisition pour les ménages Français

L’accès à la propriété est de plus en plus difficile. L’Insee a publié lundi 5 juin les conclusions de son étude « Les revenus et le patrimoine des ménages ». Elles permettent d’analyser l’évolution du patrimoine des ménages Français depuis le début des années 2000. Et celles-ci ne sont pas forcément réjouissantes. Depuis 2004, la part des ménages ayant acquis au cours des 5 dernières années leur résidence principale n’a cessé de diminuer. Alors qu’en 2004 la proportion était de 11,6 %, elle a chuté à 7,9 % en 2015.

Pour comprendre cette importante baisse, l’Insee pointe différents facteurs. La hausse des prix de l’immobilier en est notamment un. En 10 ans (entre 1998 et 2008), les prix ont flambé de + 140 %. Soit une augmentation de 14 % chaque année. Et si d’un côté les prix de l’immobilier grimpent à toute vitesse, les revenus sont beaucoup plus stables. Sur la même période, ils ont ainsi augmenté de 40 %. Autres facteurs évoqués par l’Insee : le vieillissement de la population et le nombre toujours plus important de personnes vivant seules.

Patrimoine : les inégalités s’accentuent

Cette étude de l’Insee permet également de mettre en exergue l’accentuation des inégalités. Pour preuve, entre 1998 et 2015, le patrimoine immobilier moyen a augmenté de 133 % mais diminué pour les 20 % des Français les moins dotés. A l’inverse, les 10 % des ménages les plus dotés détiennent 47 % du patrimoine Hexagonal. « Si les propriétaires (accédants ou non) sont toujours quasiment inexistants parmi les 30 % des ménages les moins dotés, leur nombre a augmenté de presque 4 points entre 1998 et 2015 (de 76% à 79,8%) pour les autres ménages », détaille l’Insee.

28 % des acheteurs étaient des cadres et professions intellectuelles supérieures

Au cours des 5 dernières années, les acquéreurs étaient majoritairement des cadres et professions intellectuelles supérieures (28 %). Et ce malgré le fait qu’ils ne représentent que 18 % de la population totale. Si l’on dessinait un portrait-robot, l’acquéreur moyen en 2015 gagnait 24 500 € par an, avait la trentaine et possédaient 265 000 euros bruts de patrimoine. L’acheteur Français est également en couple. Une condition bien supérieure aux ménages les plus pauvres mais bien inférieure à celle des personnes les plus aisées. Les 1 % des Français les plus aisés avaient en 2015 plus de 106 210 € de revenu initial par unité de consommation.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES