Assurance credit

Marché immobilier : les prix diminuent dans la moitié des grandes villes

Publié par le

Les marges de négociations baissent sur le marché des appartements

D’après le dernier baromètre LPI-SeLoger, la hausse des prix immobiliers est au ralentie ces dernières semaines. C’est même l’inverse qui se produit dans la moitié des villes de plus de 100 000 habitants. Dans des villes comme Saint-Nazaire ou Perpignan les prix baissent.

Les prix baissent dans la moitié des villes de plus de 100 000 habitants

Le marché immobilier prend un coup. Finie la frénétique et impressionnante hausse des prix généralisée. Selon le dernier baromètre LPI-SeLoger, publié le 24 juillet, les prix des logements baissent dans la moitié des villes de plus de 100 000 habitants. Une diminution qui est encore plus fréquente dans les villes où les logements coûtent le moins cher. Presque toutes celles où le m2 est à moins de 1 700 € ont ainsi vu leurs prix reculer.

D’après Michel Mouillart, professeur d’économie à l’université Paris-Ouest et porte-parole du baromètre LPI-SeLoger, cette tendance s’explique par « une demande budgétairement fragile et affectée par la suppression des aides personnelles ». C’est notamment le cas à Saint-Nazaire (1 381 €/m2), Perpignan (1 479 €/m2) ou Bourges (1 511 €/m2). Cette baisse des prix n’affecte cependant pas les villes les plus attractives. A Paris, Bordeaux ou encore Lyon, la forte demande tire les prix immobiliers vers le haut. Un phénomène qui « se reporte sur les communes avoisinantes » où les prix continuent eux-aussi d’augmenter.

Les marges de négociations augmentent sur le marché des maisons

Une hausse des prix dans les villes les plus attractives, une baisse dans la plupart de celles de moins de 100 000 habitants, mais qu’en est-il de la marge de négociation ? Toujours selon le baromètre LPI-SeLoger, cela dépend du bien visé. Sur le marché des maisons, les marges de négociation augmentent du fait de la faible de demande. Elle atteint ainsi 10,5 % du prix indiqué dans l’ancienne région Centre, 7,55 % en Pays de la Loire ou encore 7,1 % en Nord-Pas-de-Calais. A contrario, les marges de négociation reculent sur le marché des appartements. Un point est néanmoins commun aux maisons et appartements, les marges de négociation restent faibles dans les régions où la demande est forte (Île-de-France, Rhône-Alpes).

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES