Nouveau record pour l'immobilier français en 2021

Publié par Quentin Bas Lorant le 01/03/2022 à 14:33 , Mis à jour le 08/03/2022 à 00:00

Il était difficile de l’imaginer en pleine crise sanitaire, mais l’année 2021 a bien été une nouvelle année record pour l’immobilier dans l’Hexagone. Le nombre de transactions comme les prix ont fortement augmenté au regard de 2020.

Un exercice dans la lignée de 2019

Il faut toutefois rappeler que l’année 2019 avait déjà été une année historique : jamais auparavant le million de ventes n’avait été atteint.  Avec 1,17 million de transactions entre janvier et décembre l’année dernière, le record est battu. 

En l’état, 2020 fait état de parenthèse au sein d’un secteur très dynamique (+15% de ventes en 2021 par rapport à 2020) ; même si le nombre d’opérations, malgré la pandémie, était très proche du million l'an passé (980 000).

En réalité, il semblerait que le Covid-19 et ses conséquences aient même susciter de nouveaux projets. Les confinements et restrictions de déplacements ont en effet conduit de nombreux Français à vouloir investir dans un logement plus spacieux, le plus souvent hors des grandes agglomérations.

Une tendance que remarquait déjà, fin 2020 Antoine Mesnard, fondateur de Rectimmo.com : « Le confinement a amené cette volonté de passer de l’appartement à la maison, par crainte de nouveaux reconfinements. Le soutien de la demande a été fort sur ce type de projet ».

Inflation sur le prix des logements

Aujourd’hui, cette dynamique semble se retrouver dans le prix des logements neufs, qui augmentent face à une fort demande : +13% au dernier trimestre par rapport à 2020. Sur un an à cette date, la hausse est de 7% pour les maisons individuelles contre +0,6% seulement pour les appartements.

Ce fort soutien de la demande a des conséquences particulièrement visibles sur les prix affichés dans les villes moyennes. Certaines, comme Rennes, Reims ou Orléans connaissent des augmentations spectaculaires dans l’ancien. Sur dix ans, le prix des logements de la préfecture de Bretagne ont grimpé de 70%.

Si le désir d’espace joue, il convient aussi de rappeler que les taux d’emprunt pratiqués depuis deux ans ont aidé. Après un plancher historique touché à la fin de l’été dernier, les taux demeurent bas, en particulier pour les meilleurs profils. Avec plus d’acquéreurs sur le marché et une offre qui ne suit pas, les prix auxquels les logements partent ont toutes les chances de décoller.

Toutefois, il faut également noter que cette inflation des prix est aussi due un autre phénomène, étrangers à la demande : la nouvelle norme environnementale RE2020, entrée en vigueur cette année, ferait grimper le coût des constructions.

Mis bout-à-bout, tous ces éléments ont contribué à la très bonne santé du marché immobilier en 2021 : taux bas, demande soutenue sur les logements individuels, et attrait pour certains marchés jusqu’ici délaissés. Pour l'heure, c'est surtout le maintien des taux qui continue de doper les transactions. Il sera peut-être difficile d'imaginer de tels records quand ils seront remontés.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance prêt immobilier

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES