Quelles sont les meilleures régions pour négocier son logement ?

Publié par Théophile Robert le 27/01/2022 à 12:00 , Mis à jour le 08/03/2022 à 00:00

Le marché immobilier français est de plus en plus dynamique... donc de plus en plus tendu. Les prix montent presque partout et les marges de négociations se réduisent. Mais il reste possible de négocier ! Selon la région, vous pourrez obtenir une ristourne plus ou moins importante sur le prix du logement que vous souhaitez acquérir.

Les marges de négociation région par région

Quelle sont les régions où l'on négocie le plus le prix de son logement ? D'après le récent baromètre LPI-SeLoger, c'est dans la région Poitou-Charentes que l'on négocie le plus le tarif des biens immobiliers : les marges de négociations atteignent taux de 8,4 % du prix de vente affiché. Les régions Limousin (7,1 %) et Bourgogne (6,6 %) sont également sur le podium.

Toutefois, dans d'autres régions, les négociations sont bien plus âpres. En région Rhône-Alpes, les marges de négociation sont les plus basses en France et ne dépassent pas les 3 %. Vient ensuite l'Île-de-France, zone elle aussi très tendue, où il ne se négocie que 3,8 % du prix de vente affiché. Et en troisième position, on trouve la Franche-Comté, où l'on peut négocier 4 % du prix de vente du bien.

Voici donc un tableau récapitulatif des marges de négociation possibles en France en 2021, région par région et tous types de biens confondus :

Région Marge de négociation
Alsace 5 %
Aquitaine 4.7 %
Auvergne 5.3 %
Basse-Normandie 4.3 %
Bourgogne 6.6 %
Bretagne 5.2 %
Centre 6.5 %
Champagne-Ardennes 6.4 %
Franche-Comté 4 % %
Haute-Normandie 4.7 %
Île-de-France 3.8 %
Languedoc-Roussillon 6.5 %
Limousin 7.1 %
Lorraine 5.4
Midi-Pyrénées 5.9
Nord-Pas-de-Calais 5 %
Pays de la Loire 4.6 %
Picardie 5.4 %
Poitou-Charentes 8.4 %
Rhône-Alpes 3 %
PACA 5.3 %

Les négociations sont moins fréquentes et tendues aujourd'hui

En tout cas, ce qui est certain, c'est qu'il est plus difficile de négocier aujourd'hui. En effet, le marché immobilier est particulièrement tendu : la demande est très forte, tandis que l'offre reste limitée. De facto, les acheteurs doivent souvent renoncer aux négociations : pour certains biens, il peut parfois y avoir dix acheteurs ! Dans ce cas, négocier entraîne toujours le risque de voir le bien nous échapper des mains pour revenir à un autre acheteur.

Rappelons qu'il y a quelques années, négocier le prix de son logement était une norme. Aujourd'hui en revanche, il ne semble plus possible de négocier que sur les biens dont le prix est bien trop élevé par rapport à la réalité du marché local, ou les biens présentant de nombreux défauts : mauvaise isolation, DPE très sévère, travaux à effectuer...

D'ailleurs, les nouvelles normes énergétiques et le nouveau DPE sont très pénalisants pour certains logements. Car les logements mal notés devraient être progressivement interdits à la location en France. Selon SeLoger, un bien classé A coûtait 11 % de plus qu'un bien classé F en France. Mais parfois, les différences sont bien plus importantes, comme à Brest (un bien classé F est 57 % moins cher qu'un bien classé A), à Nîmes (55%), Limoges (49%) ou encore au Havre (41%).

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance prêt immobilier

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

COMPARAISON D'ASSURANCE EMPRUNTEUR