Assurance credit

Taux d'emprunts bas : les primo-accédants dynamisent l'immobilier

Publié par le , Mis à jour le 30/10/2019 à 11:51

Les durées et montants des emprunts augmentent au troisième trimestre 2019

Le marché de l'immobilier en France est en bonne santé en ce troisième trimestre de l'année 2019. Avec des taux de crédit très bas, les primo-accédants ont plus de facilité à emprunter sur de plus longues durées, d'après une étude menée par le courtier en crédit immobilier Cafpi.

Les primo-accédants : fer de lance du marché de l'immobilier

Les taux de crédit immobilier ne cessent de dégringoler : ils se situent désormais sous la barre des 1% pour les dix plus grandes villes de France. Malgré une hausse générale du prix du m², les primo-accédants hésitent de moins en moins à investir en empruntant plus. « Les primo-accédants, qui représentent plus de 60% de notre clientèle, aident fortement à la bonne santé du marché », atteste Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi.

« Sans ces acheteurs, la chaîne de l’immobilier est rompue. Sans primo, pas de secundo-accédants, ce qui a une répercussion directe sur les investisseurs qui, moins nombreux, déstabilisent le marché de la location », ajoute-t-il. Les secundo-accédants ont également augmenté leur montant moyen emprunté.

Quel profil pour le primo-accédant ?

Selon l'étude, l'âge moyen du primo-accédant est de 35 ans. 78% d'entre eux disposent d'un contrat de travail de type CDI et 25% d'entre eux ont le statut cadre. 57% procèdent à un achat commun, 27% sont mariés et 31% ont un (des) enfant(s). Il est donc tout à fait possible d'emprunter en solo en vue d'un achat avec une bonne capacité d'endettement. « Avec les taux records actuels et le nombre de dossiers reçus, les banques continuent de privilégier les profils les plus intéressants et présentant le moins de risques », explique Philippe Taboret.

En effet, par rapport au troisième trimestre de l'an dernier, le revenu moyen de la famille a augmenté de 1,4%, évoluant de 43 500 € à 44 100 €. Le montant moyen emprunté est quant à lui de 225 900 € pour ces primo-accédants. On sait aussi que 82% d'entre eux se tournent vers un bien ancien et 61% vers une maison.

Tendance : des durées d'emprunts de plus en plus longues

L'objectif des primo-accédants est clair : accéder à la propriété d'une résidence principale. Parmi ces emprunteurs, 74,7% ont choisi de s'endetter sur 25 ans ou plus, contre seulement 70,2% au 3e trimestre 2018. « En un an, la durée initiale du prêt a augmenté de 5 mois, et l'endettement est passé de 5,16 années de revenus à 5,37, soit +77 jours. Afin de compenser la hausse des prix et de conserver leur pouvoir d’achat, les primo-accédants empruntent plus et sur de plus longues durées », renseigne Fabrice Pesin, directeur de la stratégie et de l'innovation de Cafpi.

Les investisseurs sont eux aussi concernés par cette augmentation des durées de prêt. S'ils sont généralement concernés par des endettements plus courts (68,9% empruntent pour une durée inférieure ou égale à 20 ans), leur durée initiale de prêt a augmenté de 4 mois en moyenne depuis l'an dernier. Le montant emprunté moyen est passé de 187 700 € à 200 000 € (+6,6%). 79% des investisseurs sont concernés par des achats d'appartements.

Les taux moyens de crédit immobilier en octobre 2019 :

  • 10 ans : 1%
  • 15 ans : 1,30%
  • 20 ans : 1,50%
  • 25 ans : 1,55%
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES