Assurance décès

Assurance obsèques : les souscripteurs appelés à la prudence par l'ACPR

Publié par le

Assurance obsèques : l'ACPR épingle des professionnels

L'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) pointe du doigt quelques lacunes en matière de conseil de la part des professionnels du secteur des assurances. Le régulateur demande aux souscripteurs de bien vérifier leur contrat obsèques.

L’ACPR rappelle les assureurs à leur devoir de conseil

L’ACPR épingle des professionnels du secteur des assurances. Le régulateur du secteur des assurances demande aux souscripteurs et futurs souscripteurs de faire attention aux clauses leur contrat obsèques. Lundi 28 octobre, le « gendarme » des secteurs des assurances a en effet expliqué avoir décelé quelques lacunes en matière de conseil de la part des professionnels. L’ACPR a notamment constaté « que les souscripteurs pouvaient mal appréhender les garanties proposées » par ces contrats.

Outre être rappelé à leur devoir de conseil et leur obligation d’information, les professionnels du secteur se sont vus rappeler à l’ordre suite à l’existence d’une trop grande variété de contrats. Là encore le régulateur appelle les consommateurs à la prudence. Il leur recommande notamment de contrôler les différentes modalités qui leur sont proposées (contrat d’épargne ou de prévoyance, versement d’un capital à un opérateur funéraire, etc.). Les souscripteurs sont enfin appelés à vérifier la durée et la périodicité des versements de leurs cotisations et « la valeur du capital garanti à la souscription ».

Les assurances obsèques sous le feu des critiques

En septembre dernier les professionnels du secteur avaient déjà été épinglés par 60 millions de consommateurs. Dans un numéro consacré à l’héritage, le magazine évoquait un « business de la mort » en raison de l’écart trop important entre les cotisations versées par les souscripteurs et le montant du capital versé à la famille. 60 millions de consommateurs dévoilait ainsi certains cas où ce montant ne représente que la moitié du total des cotisations payées.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES