• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance décès

Assurance vie et assurance décès : deux contrats à ne pas confondre

Publié par le , Mis à jour le 16/09/2014 à 10:14

Les particuliers ont tendance à confondre l’assurance vie et l’assurance décès, qui sont pourtant deux contrats bien distincts. La confusion pourrait venir du nom même de l’assurance vie. Explications.

La différence en assurance vie et assurance décès

L’assurance vie signifie assurance « en cas de vie », c’est-à-dire qu’elle permet au souscripteur de se constituer un capital bénéficiant d’une fiscalité avantageuse au fil du temps. Si le souscripteur venait à mourir, le capital qu’il a constitué sera versé à un ou plusieurs bénéficiaires qu’il aura préalablement choisi(s) et inscrit(s) dans la clause bénéficiaire de son contrat d’assurance vie.

Concernant l’assurance décès, c’est une assurance qui permet au souscripteur d’offrir une protection financière à ses proches en cas de décès. Il devra pour cela verser une prime définie par avance. Si l’assuré est toujours en vie à la date d’échéance du contrat, l’assureur peut garder le montant de la cotisation.

En bref, les deux produits sont complètement différents le premier est un produit d’épargne tandis que le second est un produit de prévoyance !

Pourquoi souscrire une assurance décès ?

A leur entrée dans la vie active, les jeunes sont souvent abordés par les banques qui leur proposent de souscrire une assurance décès. L’idée étant de s’y prendre au plus tôt, pour ne pas payer sa prime d’assurance trop chère. En effet, les assureurs considèrent logiquement que le risque de décès est moins important pour les jeunes.

Seulement avant de souscrire ce contrat dit temporaire, il faut prendre en considération quelques éléments. Il faut analyser la situation dans laquelle seront les proches si l’assuré venait à décéder et analyser les revenus. Si les revenus sont suffisants pour permettre aux proches de s’en sortir, il est inutile de souscrire une assurance décès dans le cas contraire, la solution est à envisager.

Il faut néanmoins savoir que ce type de contrat est à fonds perdus, c’est-à-dire que si l’assuré n’est pas décédé à l’échéance du contrat, l’assureur est en droit de garder le montant de la cotisation, il est donc utile de bien réfléchir avant de se lancer !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES