Assurance décès

Cette société permet de diviser par deux le prix des obsèques

Publié par le

La start-up Advitam réduit les frais liés à l'organisation des obsèques

L’organisation de funérailles représente un coût loin d’être négligeable. Ainsi, et en moyenne, la facture s’élève à 3 000 euros et elle peut même atteindre jusqu’à 5 000 euros en moyenne en Ile-de-France. Toutefois, une entreprise propose de réduire très sensiblement le coût des obsèques grâce à son service de pompes funèbres en ligne.

En cas de décès, Advitam se charge de tout 

En France, préparer des obsèques nécessite de payer plusieurs milliers d’euros. En effet, dans ce secteur d’activité où la demande existera toujours, les prix n’ont aucune raison de baisser et ils augmentent même depuis quelques années.

Ainsi, sans surprise, la Cour des comptes a estimé dans son rapport annuel dévoilé en février 2019 que l’« indice des prix des prestations funéraires [avait] augmenté deux fois plus vite que celui de l’ensemble des prix à la consommation, depuis l’ouverture à la concurrence en 1993 ».

Fort de ce constat, Advitam a vu le jour à l’initiative de Philippe Meyralbe. Cette entreprise organisatrice d’obsèques en ligne propose de remplir un devis sur Internet avec la possibilité d’être contacté par un conseiller en cas de besoin.

En pratique, Advitam se charge de tout : l’organisation des obsèques bien entendu mais aussi les démarches administratives, les résiliations d’assurance, de téléphonie et de compte bancaire ainsi que la « disparition » des réseaux sociaux. Des démarches qui peuvent s’avérer deux fois moins onéreuses qu’auprès des acteurs « traditionnels » du secteur.

Des prestataires sélectionnés par Advitam

Pour proposer des tarifs à ce point attractifs, la start-up Advitam s’appuie sur un réseau de prestataires sélectionnés par ses soins pour l’achat du cercueil, l’organisation de la cérémonie, le convoi funéraire,… Et, Philippe Meyralbe de confier : « Il n’y a donc pas autant de marge qu’avec les grands acteurs du secteur ».

En outre, l’entreprise est en mesure de réduire d’autres coûts car elle n’a pas payé pour la location de boutiques « physiques » ni pour l’acquisition de murs.

A noter qu’à l’heure actuelle, les services d’Advitam ne sont accessibles qu’en Ile-de-France, dans l’est de l’Hexagone ainsi que dans les régions de Bordeaux et de Toulouse. Toutefois, elle entend bien étendre son activité à l’ensemble du pays et le tour de table d’1,8 million d’euros bouclé l’an dernier devrait l’y aider.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES