Assurance décès

L'association 60 millions de consommateurs épingle les contrats obsèques

Publié par le , Mis à jour le 05/09/2019 à 11:26

Obsèques : un capital versé à la famille trop peu élevé

Association de défense des consommateurs bien connu, 60 millions de consommateurs publie aujourd’hui même un numéro spécial consacré à l’héritage et à la succession. C’est notamment l’occasion pour l’association d’évoquer le « business de la mort » et d’épingler les assurances obsèques.

 

Plus d’un milliard d’euros de cotisations

Dans le cadre d’un contrat obsèques, il s’agit de verser chaque mois une cotisation d’un montant donné pour la constitution d’un capital qui pourra être utilisé par les héritiers du défunt afin de régler les frais résultant de l’organisation des funérailles.

Fin 2017, quatre millions et demi de Français avaient fait le choix de souscrire un tel contrat d’assurance. Montant total des cotisations estimé : plus d’un milliard et demi d’euros !

Prothèses, stérilets et dents en or récupérés

Dans son article dédié au « business de la mort », 60 millions de consommateurs relève que les cotisations acquittées par les souscripteurs d’un contrat obsèques sont systématiquement et nettement supérieures au montant du capital versé in fine à la famille. Il arrive même que ce dernier ne représente qu’un peu plus de 50 % du total des cotisations payées par l’assuré.

En outre, les frais associés à ces contrats décès s’avèrent importants car ils peuvent représenter jusqu’à 17 % de la prime acquittée chaque mois par l’assuré. D’ailleurs, au moment du décès, le versement du capital peut être source de difficultés car de nombreux justificatifs sont demandés et il n’est pas toujours aisé de les obtenir.

Enfin, l’enquête de l'association 60 millions de consommateurs met aussi en lumière la « récupération » de certains matériaux avant la crémation. Ainsi, des entreprises viennent collecter prothèses, stérilets et autres dents en or avant leur revente à des sociétés qui réutiliseront les différents métaux. Sur ces ventes, l’entreprise récupère 20 % et les crématoriums 80 %.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES