Assurance décès

Les histoires les plus insolites concernant l'assurance décès

Publié par le

Assurance décès : 6 histoires insolites

La perte d'un être cher est toujours une épreuve difficile à traverser. C’est pourquoi, pour soulager financièrement leurs proches, nombreuses sont les personnes qui contractent une assurance décès. Et chez Assurland, nous avons eu envie de partager avec vous certaines histoires insolites. C’est parti !

Une sexagénaire vole l’assurance décès de son amie

À Nîmes, une femme d’une soixantaine d’année a été condamnée pour avoir dérobé l’assurance décès de son amie âgée de 86 ans. Cette dernière lui aurait demandé de prélever l’argent sur son compte bancaire pour que son fils ne puisse pas en profiter.

C’est une information qui a été communiquée par le quotidien 20minutes.fr en 2017 : une femme retraité âgée de 61 ans a fait l’objet d’une condamnation par le tribunal correctionnel de Nîmes, dans le Gard. Le verdict ? 4 mois de prison avec sursis, ainsi qu’une obligation de remboursement de 15 000 € au bénéfice d’une femme octogénaire dont elle aurait détourné le contrat d’assurance décès. En effet, en 2015 et 2016, sa conseillère financière avait découvert d’étranges transferts de fonds et averti les autorités compétentes.

Pour sa défense, la retraitée a déclaré qu’à la demande de son amie, elle avait procédé au retrait de l’argent qui se trouvait sur son compte en banque pour que son fils unique, dont elle n’avait plus de nouvelles depuis de nombreuses années, ne puisse pas profiter d’un éventuel héritage. Les juges nîmois n’ont pas été convaincus par cet argumentaire de défense et ont condamné la retraitée sans antécédent judiciaire pour abus de confiance.

Île Maurice : téléphoner pour obtenir un capital décès

Offrir une assurance décès à de nombreux clients d’un opérateur de téléphonie mobile est devenu une stratégie marketing pour développer le marché de la communication à distance. En effet, à l’Île Maurice, le premier opérateur de téléphonie mobile a eu l’idée de mettre en relation le téléphone portable et l’assurance décès. Sa stratégie consiste à inciter les clients à consommer davantage de crédits et, comme récompense, leur somme placée au niveau de l’assurance décès se développe progressivement. L’avantage de ce principe est la souscription gratuite d’une assurance décès à tous les abonnés de cet opérateur de téléphonie mobile. La seule condition est qu’il faut avoir entre 18 à 59 ans.

Ainsi, l’opérateur de téléphonie mobile verse une somme qui varie selon la consommation de crédit effectuée par le client. Cependant, lorsque le client effectue un appel, il existe un temps minimum qu’il doit atteindre afin de bénéficier de cette offre. De cette manière, en un mois, le consommateur pourra bénéficier d’un capital de 375 € s’il a pris un forfait prépayé. Pour ceux qui ont un abonnement, leur capital au niveau d’une compagnie d’assurance décès peut atteindre 625 € en un mois. Au décès du consommateur, l’argent accumulé est transféré à son bénéficiaire, en seulement 48 heures.

En Belgique, l’IMC entre en compte dans le calcul des primes

En Belgique, pour payer moins cher son assurance décès, il faut se mettre au régime. En effet, de nouvelles règles de souscription entrent en vigueur pour certains contrats. Et c’est le cas pour l’assurance décès par exemple puisque certains assureurs ont décidé de prendre en compte l’indice de masse corporelle (IMC). Jusqu’à présent, seuls les critères du sexe, de l’âge et d’être fumeur ou non étaient retenus.

Ainsi AG Insurance demandera à ses clients de donner leur taille, leur poids, et éventuellement l’obligation de faire un contrôle médical. Si les personnes en bonne santé n’ont rien à craindre (ils paieront d’ailleurs une prime plus faible), celles qui ont une hygiène de vie moins saine ou qui sont tout simplement plus fragiles paieront une prime plus élevée, de l’ordre de 5 à 10 % plus cher. Les autres compagnies d’assurances s’y mettent également puisqu’elles calculeront votre prime en fonction de l’IMC, de votre profession et de votre lieu de résidence.

Une assurance accident dédiée aux joueurs de Pokémon Go

Des milliers de joueurs se sont lancés dans la chasse aux Pokémon avec l’application Pokémon Go. Et des très nombreux accidents sont survenus à travers le monde. Une compagnie d’assurance a ainsi décidé de lancer une assurance décès spécifique dédiée aux joueurs.

A pieds, en skate, en voiture, tous les moyens sont bons pour capturer des Pokémon. Cependant, c’est une activité qui peut s’avérer être très dangereuse, surtout la nuit. La start-up suisse Knip lance ainsi la première assurance accident dédiée aux joueurs de Pokémon Go en Allemagne. En cas d’invalidité, le joueur recevra 30 000 €, et 10 000 € en cas de décès.

L'assurance obsèques de Manuel, bloquée après son décès

Manuel est un Espagnol qui s’est établi en Belgique durant les années 60. Il est alors accompagné de sa femme avec qui il partage un quotidien plutôt modeste. S’il décide de souscrire une assurance obsèques, c’est pour éviter que ses proches ne soient dans l’embarras lorsque son dernier jour arrivera. Mais le vieil homme ne saura jamais que son souhait ne s’est pas concrétisé. Lorsque son heure est finalement arrivée, ses proches n’ont pas pu bénéficier du capital prévu car Manuel n’a malheureusement pas songé à changer le nom du bénéficiaire de cette assurance après le décès de son épouse Teresa. Sa famille, en l’occurrence sa petite-nièce et son frère, s’est trouvée dans l’obligation de payer elle-même la totalité de la facture.

Star Wars : la mort de Carrie Fisher était assurée

Le 27 décembre 2016 restera à jamais dans les mémoires, surtout dans celles des fans de Star Wars. Ces derniers perdaient celle qui a parfaitement incarné la princesse Leia dans la triple trilogie. Les derniers épisodes étant encore inachevés à l’époque de son décès, Disney avait anticipé les risques.

Après avoir acheté les droits de Star Wars à Georges Lucas, Disney s’est prémuni contre l’incapacité de tournage des acteurs historiques de la saga. Et ça aura été une bonne idée puisque l’actrice incarnant la princesse Leia est décédée le 27 décembre 2016 des suites d’une crise cardiaque. Disney a donc touché 50 millions de dollars de prime d’assurance, s’agissant de la plus grosse police d’assurance décès individuelle jamais souscrite. Contractées auprès de Loyd’s, les garanties de ce contrat couvraient l’impossibilité d’honorer ses engagements de tournage pour les prochains films. Les autres acteurs, Mark Hamill, alias Luke Skywalker, et Harrison Ford, alias Han Solo, sont également couverts.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES