• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance décès

Réforme de la dépendance : une promesse présidentielle oubliée

Publié par le , Mis à jour le 07/02/2012 à 11:05
Arlésienne du quinquennat de Nicolas Sarkozy, la réforme du financement de la dépendance a été tout simplement abandonnée. Figurant au nombre de ses promesses de campagne en 2007, elle n’aura finalement pas lieu. Pourquoi ? Le président de la République a prévenu du caractère irresponsable de sa mise en œuvre

Réforme de la dépendance : un contexte peu favorable

Dans les cartons depuis 2007, la réforme relative au financement de la perte d’autonomie ne se fera finalement pas. Du moins jusqu’aux prochaines élections présidentielles (22 avril et 6 mai 2012).

Pourtant, en février 2011, le président de la République, Nicolas Sarkozy, déclarait : « Ce débat je l’ai souhaité, je l’ai voulu malgré les mises en garde de ceux, si nombreux, qui le trouvaient trop risqué au regard des enjeux et des échéances électorales. Une fois de plus, il aurait donc fallu attendre... Mais attendre quoi ? ».

Changement de discours il y a quelques jours à l’occasion du 4e anniversaire du plan Alzheimer 2008-2012 : « traiter ce dossier de façon exhaustive dans le contexte actuel n'aurait pas été responsable, tout simplement parce qu'on ne peut pas traiter la dépendance simplement en créant de la dette et donc en reportant son financement sur les générations futures ».

Réforme de la dépendance : un report en septembre 2011

Un revirement qui n’étonnera sans doute personne. Déjà, en septembre 2011, Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, avait annoncé le « report » de la réforme pour cause de crise financière. Lisez à ce sujet l’article Assurance décès : la réforme de la dépendance reportée.

Malheureusement, il y a urgence ! Chaque année, les pouvoirs publics dépensent la bagatelle de 25 milliards d’euros pour les personnes âgées dépendantes. En tenant compte du vieillissement de la population, cette somme atteindra 35 milliards d’euros en 2040.


Le conseil d’Assurland : en matière d’assurance décès, l’on a généralement l’embarras du choix. Il est possible par exemple d’opter pour la dernière formule concoctée par l’un des plus importants groupes paritaires de protection sociale en France. Plus d’infos dans l’article Assurance décès : Malakoff-Médéric lance Ma Prévoyance Evolutive.


 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES