2022 sera-t-elle une année de travaux immobiliers ?

Publié par Théophile Robert le 19/01/2022 à 15:04 , Mis à jour le 08/03/2022 à 00:00

2021 a été l'année de tous les records immobiliers. Mais l'euphorie du marché immobilier pourrait bien se calmer en 2022... pour laisser sa place à des envies de travaux. D'autant plus que la crise de Covid-19 a rebattu les cartes en termes de qualité de logement.

Les projets d'achat immobilier en baisse...

L'année 2021 a été faste concernant l'immobilier et cela n'a pas échappé au dernier baromètre du Groupe BCPE (Banque populaire, Caisse d'épargne). Le groupe recense 1,2 million de transactions immobilières et un taux de rotation de plus de 3 % du parc immobilier pour la première fois en France.

Mais cette tendance pourrait bien s'essouffler. Alain Tourdjman, directeur Études et Prospective du Groupe BCPE remarque « au-delà d'un effet de saisonnalité, un recul significatif des projets ». Depuis novembre dernier, les baromètres BCPE observent un recul notable des projets d'achat immobilier, en particulier de résidences principales mais également d'investissements locatifs. Quant aux projets de vente, ils se maintiennent.

Plus précisément, les ménages aux revenus modestes sont les plus touchés par les restrictions prodiguées par le HCSF pour 2022, surtout dans le Nord, l'Est et le Bassin parisien. En Île-de-France et dans les zones littorales, ces profils conservent toutefois leurs envies d'achat. Autre population marquée par une baisse des envies d'achat : les plus de 55 ans.

En outre, le vent tourne pour les ressentis du sur le marché. En novembre dernier, 42 % des sondés estimaient que la tendance était plus à la vente (contre 37 % six mois auparavant) et 36 % jugeaient plutôt la tendance à l'achat (contre 39 % six mois en arrière).

… mais des projets de travaux en hausse

Cependant, si les Français semblent moins prêts à concrétiser un achat immobilier en 2022, l'envie de faire des travaux est elle en forte hausse. Dans les 5 ans à venir, 80 % des propriétaires comptent faire des travaux. « 39 % ont des projets de rénovation énergétique et plus de 70 % des projets d'embellissement, agrandissement ou rénovation du bâti », explique Alain Tourdjman sur l'un des sites du Groupe BCPE.

Ces proportions sont encore plus marquées chez les moins de 35 ans : près de la moitié d'entre eux comptent procéder à des rénovations énergétiques dans les 5 prochaines années, contre un tiers pour les plus de 55 ans.

Des envies de travaux stimulées par de nouveaux enjeux de logement et par les aides

Comment expliquer un tel engouement pour les travaux ? Plusieurs facteurs pourraient expliquer ce phénomène. Premièrement, la crise de Covid-19 a grandement changé les ambitions de logements des Français. Les confinements ont notamment changé la donne, avec un temps passé à l'intérieur de son logement plus important. Désormais, les Français désirent plus de place, d'espaces extérieurs, balcons, terrasses, jardins...

Mais il y a aussi les aides à la rénovation. « Il y a convergence entre des aides dont on a réussi à donner beaucoup de visibilité, l'évolution de la règlementation et une aspiration très forte des ménages », analyse Alain Tourdjman. On peut entre autres penser à MaPrimeRénov', dispositif refondé en 2020 et renforcé en 2021, et à présent accessible via la nouvelle plateforme France Rénov'.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance habitation

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES