Assurance habitation

APL : les aides au logement réduisent grandement les inégalités

Publié par le

Les allocations logement efficaces pour les plus précaires 

Selon un rapport de la Drees, les allocations logement permettent de réduire de moitié la dépense de logement des bénéficiaires de minima sociaux. Avant le versement de ces aides 46 % de leurs dépenses sont affectés au logement.

Près de la moitié de leurs dépenses affectée au logement

Les aides au logement efficaces pour les plus précaires. Pour les plus démunis, les allocations logement sont vitales, note une étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees). Une fois versées, les allocations logement (APL, ALS, ALF) permettent aux bénéficiaires des minima sociaux de réduire de moitié leurs dépenses de logement.

Avant versement de ces aides, les bénéficiaires de minima sociaux (RSA, allocation de solidarité spécifique, allocation adulte handicapé et minimum vieillesse) affectent 46 % de leurs dépenses pour se loger. Pour les seuls bénéficiaires du RSA, ce taux grimpe même à 57 %. Une part impressionnante, surtout au regard de celle du reste de la population (23 %).

Un écart que les aides au logement permettent de réduire très fortement. Une fois ces allocations versées, le niveau de dépenses des bénéficiaires des minima tombe à 25 %. Pour l’ensemble de la population le taux est lui de 21 %.

Le logement représente une dépense « difficilement compressible »

En France, 77 % des bénéficiaires de de minima sociaux perçoivent des allocations logement, contre 17 % de l'ensemble des ménages. Le versement des allocations réduire ainsi très nettement les inégalités d’effort financier pour se loger. Pour les dépenses de logement, les écarts en terme montants sont faibles. Alors que la moitié des ménages dépensent au moins 540 euros par mois, la moitié des bénéficiaires de minima sociaux dépensent au moins 550 euros. Les aides au logement représentent donc un apport primordial. L’étude de la Drees note d’ailleurs que le logement représente une dépense « difficilement compressible ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES