Assurance habitation

Après une fusillade mortelle, Airbnb durcit le ton

Publié par le , Mis à jour le 07/11/2019 à 16:02

Airbnb souhaite en finir avec les soirées sauvages

Sa parole est assez rare sur Twitter. Brian Chesky, le co-fondateur d'Airbnb a publié une série de messages pour annoncer le durcissement de la réglementation après une fusillade perpétrée dans une maison louée sur la plateforme.

Multiplication du « contrôle manuel »

La ville d’Orinda près d’Orlando aux États-Unis est encore sous le choc. Une fusillade a éclaté faisant cinq morts et plus d’une dizaine de blessés lors d’une fête d’Halloween organisée dans une maison louée sur Airbnb. Une centaine de personnes étaient présentes sur les lieux pour cet événement dont la publicité avait été réalisée en amont. Les convives devaient apporter à boire et à manger et envoyer un message à un numéro afin d’obtenir l’adresse de la soirée.

Au lendemain de cette tragédie, Brian Chesky, co-fondateur annonce sur Twitter le durcissement du règlement sur Airbnb : « A partir d’aujourd’hui, nous allons interdire les maisons se présentant comme des endroits pour faire la fête et allons redoubler d’efforts pour lutter contre les fêtes non autorisées ».

Des « efforts » qui prendront la forme d’une multiplication du « contrôle manuel » lorsque le système détectera des réservations suspectes. Une équipe dédiée devrait également voir le jour. Elle aura pour prérogative de prendre des sanctions immédiates contre les internautes qui tenteraient de contourner le nouveau règlement.

Fête illégale à Paris

Ce n’est pas la première fois que la plateforme est confrontée à une fête illégale. Dans une tout autre dimension, 200 fêtards s’étaient donnés rendez-vous à Paris pour fêter la fin du bac 2019. Des jeunes qui auront occasionné 20 000 euros de dégâts dans un appartement sous-loué dans un quartier du Marais.

À l'époque, le propriétaire du logement était tombé des nues en apprenant l’implication de son locataire dans cette affaire. Un locataire qui ne payait plus son loyer et qui ne résidait même plus dans l’appartement. Un des organisateurs avait expliqué au Parisien que l’endroit avait été loué 500 euros pour une nuit.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES