Assurance habitation

Assurance habitation : bientôt une offre à moitié prix pour 400 000 ménages parisiens

Publié par le , Mis à jour le 04/10/2021 à 15:59

Les ménages les plus modestes de la capitale devraient bientôt pouvoir bénéficier d’une assurance multirisque habitation (MRH) à moindre coût. C’est ce que souhaite et a annoncé au JDD Ian Brossat hier, l’adjoint d’Anne Hidalgo en charge du logement. 

Une économie d'environ 150 euros par an

Difficile de dire aujourd’hui combien de locataires ne sont pas couverts par une assurance habitation à Paris. Pour rappel, la souscription de cette police est obligatoire pour les locataires et facultatives pour les propriétaires. En son absence, les locataires sont contraints de payer de leur poche en cas de sinistre chez eux (dégâts des eaux, bris de glace incendie…) mais aussi si leur logement est responsable de dommages chez des voisins (ce qui est normalement couvert par la responsabilité civile).

Mais au-delà du problème de la non-assurance, Ian Brossat pointe aussi le problème du coût de l’assurance habitation pour les ménages modestes : « Certains locataires n’ont pas d’assurance habitation. En cas de sinistre, ils doivent indemniser eux-mêmes leur propriétaire et les tiers. D’autres sont mal assurés ou paient trop cher ».

L’idée serait donc de proposer une offre « protectrice et bon marché » à ces Parisiens. C’est-à-dire, côté garanties, des couvertures telles que le relogement, les frais alimentaires et vestimentaires (en cas de départ contraint du logement), et l’indemnisation des traitements en cas de pathologie chronique provoquée par l’habitat. Et, côté coût, une cotisation à moitié prix par rapport aux tarifs du marché (soit une économie d’environ 150 euros par an et par ménage).

L’adjoint à la maire, d’ailleurs, ne s’en cache pas : « L’idée […] est de faire gagner du pouvoir d’achat aux ménages modestes et à la petite classe moyenne ». À l’heure actuelle, le nombre de bénéficiaires potentiels est estimé à 400 000 ménages. 

400 000 ménages bénéficiaires d'ici l'été 2022 ?

Pour être éligible, il faudra justifier d’un revenu inférieur à 2 000 euros nets par mois pour une personne seule, inférieur à 3 300 euros pour un couple, et à 4 300 euros ou rue famille avec deux enfants. Il faut noter que la majorité des bénéficiaires devraient être les 550 000 habitants des logements sociaux de la capitale (qui représentent un quart de la population totale).

Au niveau du calendrier, la mairie devrait lancer un appel à projet d’ici à la fin de l’année, à destination des assureurs. Ce sont ces derniers qui seront chargés de proposer une offre avantageuse aux ménages parisiens : la municipalité ne participera pas financièrement au dispositif. Puis, les offres retenues pourraient être accessibles à partir de l’été prochain. 

Un modèle similaire, faisant collaborer la mairie et les assureurs, a déjà été éprouvé dans deux villes poches de Nantes : Rezé et Saint-Herbelain. En 2018, deux assureurs mutualistes, la MAE et Groupama avaient répondu à l’appel en proposant une formule à 120 euros par an pour le premier, et des 83 euros/an pour le second. 

Avec cette initiative, la municipalité parisienne poursuit son ambition de réduire le poids du logement dans le budget des ménages. Avec la même idée en tête, Ian Brossat avait déjà imposé aux hôtes Airbnb l’obligation de se déclarer et le paiement de la taxe de séjour. Bientôt, des quotas par quartiers pour ce type de location pourraient aussi voir le jour. L’idée étant de contrer la hausse généralisée des loyers provoquée par ce type de pratiques.  

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance habitation

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

}