Assurance habitation : la sécheresse lézarde les maisons

Articles sur
le même sujet
Voir plus d'articles
Suivre l'actualité de l'assurance
Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez les dernières actualités de l'assurance ainsi que nos conseils pratiques.
Abonnez-vous !

Guide de l'assurance > Actualité Assurance > Assurance habitation > Assurance habitation : la sécheresse lézarde les maisons

Actualité de l'assurance

Assurance habitationVoir toute son actualité

Assurance habitation : la sécheresse lézarde les maisons

|
Note :
Consultations : 1870
Commentaires : 2
L'assurance habitation en cas de sécheresse
Il n’y a pas que les agriculteurs qui souffrent de la sécheresse, nos habitations subissent aussi de plein fouet cette calamité climatique bien installée sur la France. Ainsi, fissures et lézardes sont apparues sur de nombreuses maisons. Que faire ? Pour faire jouer l’assurance habitation, il faut qu’il y ait catastrophe naturelle.
 

Priorité au maire de la commune

Aux quatre coins de l’Hexagone, de nombreuses habitations portent les stigmates de la sécheresse : des fissures et lézardes en escaliers apparaissent aux points de faiblesse de l’habitation (angles, pignons, fenêtres,…).
Ces fissures témoignent d’une sécheresse du sol argileux qui s’affaisse avant de gonfler au retour de l’eau, un va-et-vient qui joue sur les fondations mêmes de l’habitation.
Secrétaire de l’Association de défense des victimes de la sécheresse à Montigny-lès-Cormeilles (Val-d’Oise), Pascal Théreur conseille : « Le premier geste est d’aller voir son maire car c’est lui qui engage la procédure de catastrophe naturelle ». Car, pour que l’assurance fonctionne dans le cadre d’un contrat multirisques habitation assorti d’une garantie Catastrophe naturelle, il faut une reconnaissance par décret ministériel.
 

Dix jours pour agir

Une fois le maire averti, ce dernier dispose de 18 mois pour formuler une demande de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle.
Au minimum, l’accord de l’administration interviendra dans les 6 mois qui suivent
Le sinistré disposera alors de seulement 10 jours ouvrés pour communiquer, par lettre recommandée, sa déclaration à l’assurance.
En réaction, l’assureur diligentera une expertise de sol qui permettra pêle-mêle d’identifier les couches de terrain, de déterminer l’origine du sinistre et d’offrir une solution. Coûtant entre 3 500 et 6 000 euros, cette expertise sera prise en charge par l’assurance. 
À noter qu’en cas de litige, le sinistré devra prouver qu’il s’agit bel et bien d’une catastrophe naturelle.
 
 
Le conseil d’Assurland : qui dit sécheresse, dit souvent incendie ! Veillez donc à faire preuve de la plus grande vigilance si votre habitation se trouve en terrain boisé ou à proximité d’une telle zone à risques. Plus d’informations sur cette problématique dans l’article Assurance habitation : le risque d'incendie estival.
 
 

Faites jouer la concurrence, comparez les acteurs du marché pour le produit de votre choix !

Assurance AUTO Assurance SANTE Assurance MOTO Assurance HABITATION Assurance VIE Assurance CREDIT Assurance DECES
Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
2 réactions


assurance prend en charge le réparation de fissure mémé si le sol sont sableux? Ou uniquement si le sol sont argileux?


Bonjour Lodi,

Pour l'assurance habitation, il semble qu'il ne soit question que de sols argileux et non sableux.

Pour plus de sûreté, n'hésitez pas à vous rapprocher de votre assureur.

Bonne journée.

S'abonner aux actualités par flux RSS
Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir instantanément les dernières
actualités en direct.
S'abonner aux flux RSS