Assurance habitation : le cas des résidents à temps partiel au Québec

Articles sur
le même sujet
Voir plus d'articles
Suivre l'actualité de l'assurance
Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez les dernières actualités de l'assurance ainsi que nos conseils pratiques.
Abonnez-vous !

Guide de l'assurance > Actualité Assurance > Assurance habitation > Assurance habitation : le cas des résidents à temps partiel au Québec

Actualité de l'assurance

Assurance habitationVoir toute son actualité

Assurance habitation : le cas des résidents à temps partiel au Québec

|
Consultations : 1433
Commentaires : 0
maison-blanche-rustique-typique-traditionnelle
L’assurance habitation nous amène à nouveau dans la Belle Province pour évoquer cette fois le cas de l’assurance pour les résidents à temps partiel. Cette expression désigne essentiellement les travailleurs itinérants qui sont appelés plusieurs semaines loin de chez eux, rentrent pour quelques jours et repartent.

Des risques plus grands pour l’assurance logement

À cause des absences plus ou moins prolongées de l’assuré, le cas des résidents partiels entraîne une plus grande exposition des habitations aux risques de vol, de vandalisme ou de dégradation.

Une telle situation impose donc de prendre quelques précautions :
• prévenir sa compagnie d’assurance pour une bonne évaluation des risques avec selon les cas une possible augmentation de la prime
• demander à une personne de confiance de venir jeter quotidiennement un petit coup d’œil pour montrer que la maison n’est pas sans surveillance (ramassage du courrier, ouvrir et fermer les rideaux,…)
• en cas de sinistre, prévenir l’assureur

L’interdiction de refuser d’assurer

Même si ce type de situation se caractérise par un risque accru, la compagnie d’assurance n’est pas autorisé à refuser à quiconque le droit de souscrire une telle assurance logement.

Toutefois, encore faut-il que l’intéressé réponde à tous les critères d’admissibilité comme le rappelle Julie Bellemare du Bureau d'assurance du Canada (BAC) qui ajoute : « Ça dépend de la gestion de risque. Si quelqu'un a fait 10 réclamations dans les années précédentes, ce sera plus difficile. Un agent évaluera le cas précis et référera à une compagnie d'assurances qui va estimer une protection selon les risques ».


Le conseil d’Assurland : retour en France avec le cas de la garantie tempête qui permet d’être indemnisé en cas de…tempête. Tout ce qu’il faut savoir sur cette assurance complémentaire dans l’article Assurance habitation : être indemnisé après une tempête.

Faites jouer la concurrence, comparez les acteurs du marché pour le produit de votre choix !

Assurance AUTO Assurance SANTE Assurance MOTO Assurance HABITATION Assurance VIE Assurance CREDIT Assurance DECES
Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction

S'abonner aux actualités par flux RSS
Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir instantanément les dernières
actualités en direct.
S'abonner aux flux RSS