• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance habitation

Assurances : 2016, année record pour les catastrophes naturelles

Publié par le

Catastrophes naturelles : 2016, une année record pour l'assurance

Nouvellement créée, la Fédération Française de l’Assurance (FFA) vient de dévoiler ses premiers résultats. Cette entité, qui réunit la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA) et le Groupement des entreprises mutuelles d’assurance (GEMA) et représente 99 % du marché français, évoque notamment une année d’aléas climatiques « exceptionnelle ». Etat des lieux.

1,3 Md€ pour les inondations d’Ile-de-France

Alors qu’en auto, le coût moyen des accidents a augmenté et qu’en assurance vie, la décollecte a marqué la fin d’année, 2016 a connu une sinistralité importante en ce qui concerne les catastrophes naturelles.

Les inondations qui ont touché l’Ile-de-France en mai et juin 2016, les épisodes de grêle estivaux ou encore la tempête qui a frappé l’Ouest au mois de mars ont représenté un coût total de 2,3 milliards d’euros. A titre indicatif, la moyenne du coût des aléas climatiques enregistrés au cours des 8 dernières années se fixe à 1,8 milliard d’euros.

Parmi ces différents épisodes climatiques précités, ce sont les inondations printanières qui ont été les plus coûteuses avec une facture estimée à 1,3 milliard d’euros.

La réforme du régime cat’nat’ aux oubliettes ?

Le jour où la FFA dévoilait ces résultats, Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, présentait un rapport consacré à aux inondations franciliens et réalisé par une mission interministérielle sous la conduite du Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable (CGEDD) et de l’Inspection Générale de l’Administration (IGA).

Selon la ministre, ce nouveau rapport s’est avéré riche d’enseignements en matière de prévention, qu’il s’agisse des plans de sauvegarde communaux ou des améliorations à apporter au dispositif d’alarme. En revanche, la réforme du régime de catastrophes naturelles, pourtant réclamée par les acteurs du secteur, ne semble plus être d’actualité.

En effet, le rapport sur les inondations défend le régime actuel estimant qu’il possède « sa cohérence » et « marque les limites d’une solidarité de l’ensemble des assurés envers ceux qui sont exposés à un risque naturel spécifique ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES