Assurance habitation

En Île-de-France, près de 20 % des locataires peinent à payer leur loyer

Publié par le

En Île-de-France les loyers sont 52 % plus chers qu'ailleurs

Publié cette semaine, le dernier rapport de la Fondation Abbé-Pierre fait état de 1,2 million de Franciliens mal-logés en 2019. Si la situation se dégrade c’est en partie en raison de la hausse des prix à l’achat mais aussi à la location. Aujourd’hui, près de 20 % des locataires peinent à payer leur loyer en Île-de-France.

Les Franciliens gagnent 26 % de plus que les autres Français

Les loyers bien trop chers à Paris mais aussi en Ile-de-France. Il est coutume de dire qu’Ile-de-France, les salaires sont souvent plus élevés que dans le reste de la France. Une déclaration qui se vérifie puisque les Franciliens gagnent 26 % de plus que les autres Français. En moyenne, le revenu moyen des ménages y atteint 4 117 € par mois. Mais la région, qui rassemble 18,2 % de la population française, concentre également 33 % des habitants vivant en bidonvilles, près de 34 % des demandes d'HLM, selon le rapport annuel sur le mal-logement en Ile-de-France de la Fondation Abbé Pierre.

En Ile-de-France, le loyer est 52 % plus cher qu’ailleurs

« La proportion de ménages pauvres en Île-de-France a augmenté deux fois plus vite qu'en France métropolitaine entre 2004 et 2012 », explique la Fondation. Une paupérisation qui s’explique par la hausse des prix des logements. En Ile-de-France, le loyer est ainsi 52 % plus cher qu’ailleurs. A Paris, l’écart est encore plus impressionnant avec des prix à la location en moyenne 188 % plus élevés qu'en Province.

Les prix pratiqués en région parisienne ne sont pas sans conséquence. Malgré le retour de l’encadrement des loyers, les Franciliens sont 19 % à se déclarer en difficulté de paiement à la fin du mois. Ils sont toutefois seulement 5 % à se retrouver en situation d'impayés.L’Ile-de-France est donc sans surprise la région comptant le plus d’expulsion de locataires. La région concentre en effet 26% des décisions de justice prononçant l'expulsion et 41 % des expulsions effectives du territoire national, indique le rapport.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES