Assurance habitation

Habitation : l'Etat souhaite des logements pour les femmes battues

Publié par le , Mis à jour le 27/09/2019 à 13:49

Le gouvernement veut soutenir les femmes battues

Les chiffres sont insupportables. En France, une femme meurt tous les deux jours sous les coups de son conjoint. Pour venir en aide aux femmes battues, le gouvernement annonce 1 000 places d’hébergement à partir du 1er janvier 2020.

1 000 places d’hébergement sur 5 ans

Pas un jour sans lire qu’une femme a été battue à mort par son conjoint. Dernier exemple en date, Chafia, âgée d’une soixante d’années, tuée par son mari dans un immeuble de la cité Maroc à Creutzwald, en Moselle.

Difficile pour les victimes de quitter un conjoint violent. Peur de se retrouver sans ressources, de se retrouver à la rue ou d’être poursuivi par son conjoint … Pour venir en aide aux 216 000 femmes victimes de violences conjugales, le gouvernement annonce l’ouverture de 1 000 places d’hébergement sur 5 ans dès le 1er janvier 2020. Une annonce de Julien Denormandie, ministre chargée de la ville et du logement lors de son allocution au congrès des HLM.

Dans les faits, 250 places seront créées dans des centres d’hébergement d’urgence. Des places destinées à accueillir des victimes pour une ou deux nuits. Les 750 autres logements permettront de loger des femmes pour une durée plus longue allant de 6 mois à un an.

Accès à la garantie locative Visale

Une décision prise dans le cadre de la signature d’une convention avec l’ensemble des bailleurs sociaux et la Fédération nationale solidarité Femme : « Je veux remercier les bailleurs sociaux pour leur travail auprès des femmes victimes de violences conjugales » explique dans un tweet Julien Denormandie.

Les objectifs affichés sont clairs : l’exécutif veut mettre à l’abri les femmes, offrir un accès à un logement et accompagner la victime tout au long de son parcours.

En plus des 1 000 nouvelles places d’hébergement, le gouvernement qui a lancé « le Grenelle contre les violences conjugales » a pour ambition de faciliter l’accès à Visale, une garantie locative qui permettra aux victimes de bénéficier d’une caution location gratuite.

Une plateforme de géolocalisation devrait aussi voir le jour. Les professionnels pourront ainsi savoir en temps réel les places encore disponibles pour orienter au mieux les femmes battues.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES