Assurance habitation

Fin de l'encadrement des loyers : les prix des locations flambent à Paris

Publié par le

En 6 mois, les prix des locations ont flambé à Paris

En fin d’année 2017, la justice annulait l'encadrement des loyers à Paris comme prévu dans la loi Alur. Selon l’association de de consommateurs CLCV cette annulation a eu pour conséquence une forte augmentation des prix des locations.

Le nombre de « loyers conformes » a chuté de 13 %

Les loyers s’envolent depuis fin 2017. Depuis l'annulation par la justice, en novembre 2017, de l'encadrement des loyers à Paris, les prix des locations ne cessent de flamber. Relayée par France Info, une étude de l’association de consommateurs CLCV pointe du doigt une très forte augmentation en seulement 6 mois. Pour son enquête, l’association a étudié un millier d’annonces immobilières dans la capitale. Avant la fin de l’encadrement des loyers, 4 loyers sur 10 n’étaient pas conformes, c’est-à-dire qu’ils dépassaient le montant prévu. Aujourd’hui ce nombre est bien plus important. « Les propriétaires se sont sentis pousser des ailes », analyse pour France Info Jean-Yves Mano, président de la CLCV. Selon l’étude, les logements proposant des loyers conformes ont diminué de 13 %. Une baisse impressionnante survenue en seulement 6 mois donc. « On voit des dépassements significatifs moyens de 1 530 euros par an et avec des cas extrêmes, dans le 20e arrondissement, en dépassement de 450 euros par mois, soit près de 5 400 euros par an. 60% des petits logements ont des loyers au-dessus de ce qui devrait être la règle », s’alarme Jean-Yves Mano.

La CLCV lance sur son site l’opération « Loyer trop cher »

Une situation visible à travers les annonces d’agences immobilières. Dans ces dernières, seulement 20 % des annonces respectent encore l’encadrement des loyers, contre 77% auparavant. Pour ce qui est des annonces de particuliers, la part a chuté à 40 %. Et les conséquences ne se sont pas fait attendre. Cette annulation, confirmée récemment par la cour administrative d'appel de Paris, oblige en effet certaines personnes à quitter la capitale. « De plus en plus de classes moyennes sont obligées de quitter Paris : les étudiants, les personnes seules et les gens en difficulté financière », souligne Jean-Yves Mano.

Face à ce constat alarmant, la CLCV demande le retour de l'application de l'encadrement des loyers sur l'ensemble des zones tendues. L’association a également lancé une opération baptisée « Loyer trop cher ». Sur son site internet, elle propose aux Parisiens d’interpeller leur maire afin qu’il leur demande le rétablissement de cette mesure. Une évolution qui ne devrait toutefois pas intervenir de suite craint la CLCV, et ce malgré la loi Elan. « Malheureusement, la loi Élan considère qu'il y a toujours la nécessité d'avoir une expérimentation de cinq ans avant de généraliser l'encadrement des loyers », explique Jean-Yves Mano.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES