Assurance habitation

Habitation : la Fondation Abbé Pierre alerte sur les micro-logements

Publié par le , Mis à jour le 02/10/2018 à 16:17

5 000 signalements de logements insalubres recensés chaque année à Paris

La Fondation Abbé Pierre monte au créneau sur les micro-logements. A Paris, 7,000 chambres de moins de 9 mètres carrés ont été louées. Pour lutter contre ce fléau, le gouvernement mise sur la loi ELAN.

Moi, José, 71 ans vivant dans un logement de moins d’1 mètre carré

Ils ne rentrent pas dans la loi Carrez, ils sont souvent insalubres, sans la moindre douche ni toilettes… « Ils » ce sont ces micro-logements loués par des marchands de sommeil sans scrupules. Des propriétaires qui n’hésitent pas à louer des micro-espaces à des personnes seules ou à des familles pour des sommes dépassant l’entendement. C’est ce que dénonce la Fondation Abbé Pierre qui a notamment visité « l’appartement » de moins d’un mètre carré de surface habitable de José qui vit sous les combles d’un immeuble parisien depuis maintenant 23 ans. La situation de ce bibliothécaire de 71 ans n’est malheureusement pas une exception. La Fondation Abbé Pierre a comptabilisé pas moins de 7,000 chambres de moins de 9 mètres carrées louées. Des micro-logements qui continuent de pulluler dans la capitale. Quasiment 5 000 signalements de logements insalubres sont recensés chaque année aux services de la mairie de Paris.

Quasiment 5 000 contrôles effectués par la DLH de Paris

Pour lutter contre ces micro-logements, le gouvernement mise sur la loi ELAN (évolution du logement et aménagement du numérique). Une réforme qui a notamment pour objectif de répondre « aux besoins de chacun et protéger les plus fragiles ». Les marchands de sommeil sont particulièrement visés. Les loueurs ne pourront plus se déclarer insolvables. En cas de condamnation au pénal, leurs revenus seront confisqués et leurs biens expropriés. Le gouvernement souhaite également qu’un marchand de sommeil condamné ne puisse plus acheter un bien immobilier pendant 10 ans. Concernant les travaux, la loi Elan pourra permettre une mise en place plus systématique d’astreintes journalières. Rien qu’en 2017, 350 arrêtés préfectoraux ont été pris pour obliger des propriétaires à réaliser des travaux. Des mesures qui vont dans le bon sens même si la Fondation Abbé Pierre souhaite que le gouvernement donne davantage de moyens à l’accompagnement des victimes. En 2017, 4527 contrôles ont été effectués dans des logements à Paris par la Direction du Logement et de l’Habitat. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES