• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance habitation

Habitation : le top 3 des litiges locataire-propriétaire

Publié par le , Mis à jour le 02/02/2015 à 11:50

Les relations entre locataire et propriétaire ne sont pas toujours au beau fixe. Dans ce cadre, la Confédération générale du logement (CGL) a publié son « baromètre des plaintes des usagers du logement ». Les litiges seraient en hausse depuis 2012.

#3 : les charges locatives « abusives »

Il y a des tas de litiges qui peuvent opposer locataires et propriétaires. Depuis l’état des lieux d’un logement, en passant par les expulsions à la suite de loyers impayés sans oublier la hausse soudaine du montant du loyer, il existe une ribambelle de raisons de se chamailler à propos d’un bail locatif !

Dans le top 3 se trouve sur la troisième marche les litiges liés aux charges locatives. Les locataires se plaignent le plus des régularisations des charge sur 5 ans, voire de l’absence de justification de ces augmentations.

A savoir : la loi ALUR prévoit que le bailleur dispose de 3 ans pour régulariser les charges (contre 5 avant). En cas de remboursement dû de la part du locataire, ce dernier est en droit de régler cette somme sur plusieurs mois.

#2 : les troubles de jouissance

Insalubrité, humidité, problème de conformité électrique, etc. Autant de litiges qui prennent la deuxième place du classement.

Alors que les bailleurs ont le devoir d’entretenir les logements qu’ils louent, le classement met en évidence une mauvaise gestion de la part des propriétaires. Pourtant la loi contraint les bailleurs à mettre à disposition des locataires des logements en bon état durant le bail, en y faisant –si nécessaire – des travaux.

#1 : le dépôt de garantie

Le dépôt de garantie est la première source de conflit entre un locataire et son propriétaire. Pourquoi ? Les plaintes des locataires tournent autour de la lenteur du propriétaire pour rendre la somme donnée en début de bail, en garantie. Pire, certains propriétaires ne rendent jamais la somme au locataire sans aucune justification.

Là encore il existe des règles à l’attention du bailleur, a priori pas toujours respectées. Ce dernier a un mois après le départ du locataire pour restituer la garantie. En cas de retard, le locataire est en droit de réclamer 10 % du dépôt de garantie en guise de pénalité, par mois de retard.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES