Assurance habitation

Hausse du prix de l'énergie : comment économiser sur sa facture ? Les conseils d'A. Zermati (Effy)

Publié par le , Mis à jour le 30/11/2021 à 10:00

Hausse du prix du gaz de plus de 8% en septembre, gazole qui dépasse les 1,5 euro le litre... Les prix de l'énergie sont en forte hausse, et inquiètent les Français à quelques semaines de l'hiver, au point qu'ils retardent le moment d'allumer le chauffage. À première vue, changer son système de chauffage coûte également cher. Mais avec les aides en vigueur, il est possible de gagner en confort tout en économisant sur sa facture. Audrey Zermati, Directrice stratégie Effy nous explique comment. 

Pouvez-vous nous communiquer des estimations sur les hausses du coût du chauffage ?

La facture de chauffage a grimpé de +10% en octobre, et de +60% depuis le début de l'année. Sur l'électricité, une augmentation de 12% était prévue pour le mois de février, mais le gouvernement a annoncé qu’elle sera finalement limitée à 4%. Nous constatons également de fortes augmentations sur le prix du fioul, du fait de la hausse du pétrole qui se répercute sur le prix des carburants. En France, il faut savoir que 3,5 millions de personnes se chauffent encore au fioul. Or, à un euro le litre de fioul, nous arrivons à des niveaux très élevés juste avant l'hiver, période où l’on remplit sa cuve. 

Comment explique-t-on ces augmentations ?

Pour le gaz et le carburant, la hausse des prix est liée à la reprise économique et la forte demande qu’elle génère. Pour le gaz, des enjeux plus géopolitiques autour des stratégies commerciales de la Russie entrent aussi en jeu. Sur ce marché, il y une forte demande en provenance de la Chine, qui amorce un passage du charbon vers le gaz. Enfin, pour l’électricité, c’est le prix en hausse des énergies fossiles qui impacte directement les factures.

Comment se répartissent aujourd'hui en France les différentes sources d'énergie ?

Aujourd’hui, pour donner des ordres de grandeur, environ 50% des Français se chauffent à l’électricité, 25% au gaz, 15% au fioul et 15% au bois. 

Quelles sont les étapes à respecter pour économiser sur sa facture énergétique ?

Il est important d'abord de penser au préalable aux travaux de rénovation énergétique. Il serait contre-productif de changer son équipement de chauffage pour faire des économies, tout en habitant dans une passoire thermique, avec des murs mal isolés et du simple vitrage. De plus, vous allez configurer votre système de chauffage par rapport à la performance de votre logement. S’il est non-performant vous allez surdimensionner votre système de chauffage et le payer plus cher. À l’inverse, si vous faites d’abord des travaux d'isolation de l'enveloppe de votre logement, vous allez dimensionner au plus juste votre équipement de chauffage. Donc, dans l'ordre chronologique, il y a des travaux simples à lancer en premier, comme l'isolation de la toiture ou l'isolation du plancher, en haut et en bas, qui sont des travaux très rapides, et, évidemment, le changement de fenêtres (passage au double vitrage).

Ensuite seulement intervient le changement de chauffage : si vous êtes au gaz, il est conseillé de rester au gaz, car il s’agit de la solution la plus économique, mais vous pouvez opter pour une chaudière plus performante, à haute condensation. Pour une chaudière de ce type, dont le coût se situe entre 4 000 et 6 000 euros, les aides ne sont pas très importantes, (il faudra débourser entre 3 000 et 4 500 euros), mais vous allez moderniser votre équipement de chauffage au gaz, et gagner en moyenne 30% de performance, soit une économie de 30% sur la facture. Il est généralement conseillé de changer son ancienne chaudière au gaz quand elle approche de son dixième anniversaire.

« Il serait contre-productif de changer son équipement de chauffage pour faire des économies, tout en habitant dans une passoire thermique, avec des murs mal isolés et du simple vitrage ».

Et pour les Français se chauffant au fioul ?

Les logements chauffés au fioul ne sont en général par raccordés au gaz, et dans ce cas, nous recommandons de passer à la pompe à chaleur : un système d'énergie renouvelable qui puise les calories de l'air extérieur et qui vient chauffer l'eau dans votre système de chauffage central. Il n’y a pas besoin de changer les radiateurs à résistance électrique. La pompe à chaleur utilise l’électricité de façon très performante : chez nos clients au fioul qui arrivent à 2 000 euros de facture énergie par an, l’économie va être d’environ 50% (1 000 euros par an). C’est donc une solution très intéressante pour réduire son budget énergie, et le passage à la pompe à chaleur peut en plus se faire dans les trois mois. Il est donc encore le temps de changer en prévision de cet hiver. Côté prix, pour une pompe à chaleur, il faut compter entre 10 000 et 15 000 euros, mais, grâce aux aides, il est possible d’atteindre un reste à payer compris entre 2 500 et 10 000 euros, selon ses revenus. 

Le chauffage au bois est-il aussi une solution ?

Le chauffage au bois est une solution très économique : il est possible d’atteindre une économie de 50% sur sa facture, par rapport au gaz ou au fioul, par exemple. Mais la logistique est plus complexe : il faut s’approvisionner avant l’hiver, là ou un système au gaz ou électrique est directement relié au réseau. Il faut compter entre 15 000 et 20 000 euros pour installer une chaudière bois, qu’il ne faut pas confondre avec le poêle à bois, qui ne peut servir que de source d’énergie d'appoint, pour chauffer une seule pièce.

On attend également parler de la chaudière à condensation, mais qu'est-ce que c'est ?

Chaudière à condensation est une version moderne de la chaudière gaz, mais qui est beaucoup plus performante. On récupère la fumée qui se forme au moment de l'utilisation de la chaudière, et on la réutilise comme source d’énergie. Aujourd'hui, les chaudières neuves sont toutes à haute condensation, et permettent un gain de 30% sur les performances énergétiques.

Quelles sont les aides dont il est possible de bénéficier ?

Il existe actuellement deux principales aides : MaPrimeRénov', et les Certificats d'économie d'énergie (CEE). En les cumulant, il est possible de couvrir jusqu'à 90% du coût des travaux pour les foyers les plus modestes. Pour connaitre le montant d’aide auquel on est éligible, il est possible de réaliser une simulation sur notre site, et de calculer le coût réel d’un nouveau système chauffage.

Est-il possible d'utiliser MaPrimeRénov' pour des travaux d'isolation puis pour changer son chauffage ?

Pour MaPrimeRénov’, un plafond de 15 000 euros a été fixé sur cinq ans. Vous pouvez donc tout à fait faire des travaux d'isolation dans un premier temps, puis réutiliser l’aide pour changer de système de chauffage. Pour l’isolation, le coût se situe en moyenne entre 20 et 30 euros le mètre carré pour les sols et les plafonds. Mais en fonction du nombre de mètres carré à rénover, on peut arriver grâce aux aides à un coût compris entre 13 et 18 euros du mètre carré. Pour rappel, dans un logement, c’est par la toiture qu’on constate la plus importante déperdition thermique. Isoler son grenier ou ses combes (aménagées ou non) est donc le premier chantier à mener.  

Les Français ont-ils une meilleure connaissance de cette prime aujourd'hui ?

Pour le gouvernement, l’objectif était d’atteindre 800 000 demandes pour 2021. En septembre, nous étions arrivés à 500 000 primes demandées. L’engouement se vérifie donc, en particulier pour installer des pompes à chaleur. L’ouverture de la prime aux bailleurs, la rallonge de 2 milliards d’euros pour 2022, et l’interdiction de louer des passoires thermiques à partir de 2025, vont aussi favoriser la transition vers des logements plus performants et plus économiques pour les Français.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance habitation

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES