Assurance habitation

Immo : Locat'Me devient partenaire de la MAIF

Publié par le , Mis à jour le 28/11/2019 à 16:42

Trois années après son lancement, Locatme, qui se pose comme une alternative aux agences immobilières « traditionnelles », a récemment annoncé la conclusion d’un partenariat avec la Maif. Objectif d’un tel rapprochement ? Permettre à la start-up de devenir la référence des sites de location immobilière. Explications.

Locat Me lève un million d’euros auprès de la Maif

Lancée en 2013 par trois anciens étudiants de l’école d’ingénieurs ECE Paris (Emmanuel Rafitosoa, Olivier Picard, Wébert Zélé et Antoine Marck), Locatme se pose comme le pendant immobilier des « chasseurs de têtes ». Fort de ses 150 000 utilisateurs, la start-up veut permettre de faciliter la location d’un appartement ou d’une maison. Alors que chercher un logement peut s’avérer une véritable galère, trouver le locataire idéal n’est pas forcément beaucoup plus simple. Pour remédier à ce casse-tête connu de tous, les quatre copains ont décidé d’agir en créant leur propre algorithme. Le but ? Faire « matcher » propriétaires et aspirants locataires.

« On était à cette période charnière de fin d'études et de stages où il nous fallait trouver un logement alors qu'on n'avait pas le temps de prospecter. On aurait bien aimé n'avoir qu'à déposer notre profil de locataires sur un site, pour qu'un propriétaire puisse lui aussi consulter et choisir. Cela se fait pour les recrutements, pourquoi pas pour le logement ? », explique au Parisien Antoine Marck, l'un des fondateurs.

Une idée qui séduit puisque la jeune start-up vient d’annoncer avoir noué un partenariat avec Maif. La société d'assurance mutuelle vient d’investir la somme d’un million d’euros. Depuis sa création, il s’agit de la seconde levée de fonds pour Locat’Me, après celle réalisée en 2014 auprès de business angels8.

Locatme propose un indice de correspondance : le « Loc’affinity »

Concurrent de Leboncoin, Locatme séduit par son originalité et sa simplicité. La plateforme internet se divise en deux espaces distincts : l’un pour les aspirants locataires, l’autre pour les propriétaires. Les premiers doivent remplir un formulaire précisant les critères de recherches (surface, pièces, etc.) mais peuvent aussi renseigner un dossier de location simplifié afin de communiquer leur situation et le montant de leurs revenus. Les propriétaires doivent quant à eux remplir un descriptif de leur bien. Une fois l’annonce validée par LocatMe, le propriétaire se voit présenter une liste de locataires dont la recherche correspond à son bien.

Le petit « truck » en plus est que les noms de locataires sont assortis d’un indice : le « Loc’affinity ». Il s’agit du pourcentage de correspondance entre le formulaire de l’aspirant locataire et celui du propriétaire. Avec Locat’Me ce n’est donc plus aux locataires de contacter les propriétaires mais l’inverse. Un peu à l'image d'un site de recherche d'emploi où les candidats créent un CV en ligne dans le but d’être contacté par un recruteur. Les propriétaires sélectionnent les profils qui « matchent » le plus selon l’algorithme. Pour les locataires il s’agit d’un bon moyen d’attirer l’attention des propriétaires, de se démarquer parmi la foule innombrable des locataires et de gagner en visibilité car ce profil peut être partagé sur Internet, qu’il s’agisse des sites immobiliers ou des réseaux sociaux.

Gratuit pour le chercheur d'appartement, gratuit pour le propriétaire simplement intéressé par la formule de base, le service devient payant si le propriétaire souhaite un accompagnement plus poussé. Les offres « Zen » et « Zen+ » sont l’occasion pour les propriétaires de déléguer certaines tâches à Locat’Me comme les visites ou les contrôles anti-falsification.

Avec la levée de fonds d’un million d’euros réalisée auprès du fonds d’investissement MAIF Avenir, la start-up franchit aujourd’hui une nouvelle étape de son développement. En effet, elle va pouvoir recruter et assurer une meilleure visibilité à ses nouvelles offres de recherche de locataires sur mesure « Zen » et « Zen+ ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES