• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance habitation

Incendie : quand l'assurance logement tarde à indemniser

Publié par le
Alors que nous évoquions il y a peu un triste fait divers relatant les difficultés d’un couple sans assurance habitation suite à l’incendie de leur maison (Pas d'assurance habitation et une maison incendiée), un autre ménage, lui aussi victime d’un incendie mais assuré, n’a toujours pas touché l’indemnisation totale pour ce sinistre. Le couple a saisi le médiateur.

Leur assurance maison tarde à les indemniser


Tout a commencé il y a deux ans, lors du Nouvel an. Le couple parti pour les fêtes retrouve sa maison de caractère à Sainte-Marie, ravagée par le feu. La faute à un court-circuit apprend-on sur le site de Ladepeche.fr.

Deux ans après, il n’ont reçu de la part de leur compagnie d’assurance qu’une avance de 10 000 euros. Leur assureur leur propose 429 000 euros, une somme jugée insuffisante par rapport à tout ce qui a été perdu. La compagnie a bien proposé plus, 550 000 euros, mais à condition de rebâtir une maison neuve sur le terrain sinistré, ce que refuse le ménage qui préfère le charme de l’ancien.

Ils viennent récemment ont demandé l’assistance d’un médiateur d’assurance, partie neutre qui tranchera en faveur de l’un ou de l’autre camp. 

Le médiateur d’assurance : dernier recours avant la justice 


En cas de désaccord avec la compagnie d’assurance, l’assuré peut faire appel à un médiateur. Ce dernier, indépendant de la compagnie, est nommé soit pas la Fédération Française des sociétés d’assurance (FFSA), soit par le Groupement des entreprises mutuelles d’assurances (Gema).

Le médiateur de la FFSA a trois mois pour répondre, celui du Gema en a six.
 
Dernier recours, si la décision du médiateur ne convient pas : la saisie du tribunal d’instance ou de grande instance (selon le montant de l’indemnisation).
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES