• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance habitation

La ville de Paris souhaite porter plainte contre la plateforme Airbnb

Publié par le

Seules 15% des annonces sont enregistrées sur Airbnb

Le conflit entre la ville de Paris et Airbnb n’est pas terminé. La mairie de Paris souhaite porter plainte contre 5 plateformes de location, dont le géant Airbnb. La municipalité souhaite que ces dernières retirent de leur site les annonces de meublés non déclarées auprès de ses services.

Une plainte qui suivrait la récente mise en demeure

Après la mise en demeure, la ville de Paris souhaite porter plainte. Le conflit entre la municipalité et Airbnb est loin d’être terminé selon les dernières informations rapportées par LCI. La marie de la Ville Lumière souhaiterait porter plainte contre 5 plateformes de location, dont Airbnb. Les 4 autres incriminées sont HomeAway-Abritel, Wimdu, Sejourning et Paris Attitude. Pour la mairie, ces plateformes n’ont pas supprimé de leur site les annonces de meublés non déclarées auprès de ses services.

En effet, depuis le 1er décembre 2017, les propriétaires sont dans l’obligation de s’enregistrer auprès de la mairie en déclarant les meublés touristiques loués. Après avoir demandé un numéro d’enregistrement, les propriétaires doivent le mentionner sur leur annonce. Conçu pour éviter que les propriétaires ne louent leur logement plus de 120 jours par an, ce système ne fonctionne pas.

Le gouvernement veut durcir les sanctions via le projet de loi ELAN

Sur les 65 000 logements locatifs dénombrés par la ville de Paris, seules 5 900 annonces, toutes plateformes confondues, ont un numéro d’enregistrement. Le maire adjoint chargé du logement à Paris, Ian Brossat, avouait en décembre dernier que « le chiffre était insatisfaisant ». Aujourd’hui, son mécontentement grandit : « nous sommes toujours dans la situation où Airbnb, contrairement à Booking, refuse de se conformer à la loi en retirant les annonces qui n’ont pas été enregistrées. Du coup, les loueurs n’ont aucun intérêt à s’enregistrer ».

Contactée par LCI, la plateforme de location Airbnb évoque un nombre de 15 % pour ce qui est des annonces enregistrées. Pour l’entreprise américaine, ce système est un « dispositif dysfonctionnel qui décourage […] les loueurs occasionnels ». Face à ces tensions, le gouvernement a décidé de sévir. Dans le cadre du projet de loi ELAN, les personnes qui ne respecteraient pas les obligations d’enregistrement recevront une amende allant de 5 000 à 10 000 €. Une amende est également prévue pour les plateformes d’un montant allant de 10 000 à 50 000 €.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES