• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance habitation

Le conflit entre Paris et Airbnb bientôt devant la justice

Publié par le , Mis à jour le 11/12/2017 à 11:58

Airbnb en conflit ouvert face à la Ville de Paris

La Ville de Paris se prépare à attaquer Airbnb ainsi que 4 autres entreprises de location immobilière selon le site France Info. La municipalité leur a ainsi envoyé une mise en demeure. L’objectif est de faire retirer les annonces illégales publiées sur leur site.

La Ville de Paris excédée par Airbnb 

Le conflit entre la Ville de Paris et le géant de la location touristique est loin d’être terminé. La municipalité Parisienne vient ainsi d’envoyer une mise en demeure à Airbnb et 4 de ses concurrents afin qu’ils retirent les annonces illégales de leur site. Les élus se déclarent prêts à les traîner devant les tribunaux si ces annonces ne sont pas retirées.

Cette information, révélée par France Info, survient alors que la procédure de référencement des propriétaires louant leur appartement ou maison est un échec. Depuis le 1er décembre 2017, ces derniers sont en effet dans l’obligation de s’inscrire sur une plateforme ouverte par la mairie de Paris. Référencer les propriétaires permet à municipalité de surveiller qu’ils ne louent pas leur bien immobilier plus de 120 jours par an.

Les propriétaires de logements Airbnb en fautes  

Ce référencement, ouvert depuis le mois d’octobre et rendu obligatoire depuis le 1er décembre donc, est un échec. Sur les 50 000 annonces revendiquées par Airbnb dans la capitale, seulement une dizaine de milliers sont référencées. Alors que 40 000 annonces sont illégales, les services de la Ville de Paris ont décidé de s’attaquer à un millier. Si l’on ajoute celles postées par les concurrents de Airbnb, le nombre se porte à 1 400. Ces appartements ou hôtels particuliers doivent théoriquement être associés à un numéro présenté sur le site de l’annonce. « Certains propriétaires ont déjà été condamnés, mais je pense que la clef pour régler ce problème, c’est d’engager la responsabilité des plateformes. On ne peut pas continuer avec cette impunité qui permet aux plateformes de se faire énormément d’argent avec des annonces illégales » explique Ian Brossat, adjoint en charge du Logement.

L’exemple de d’autres capitales touristiques

Si les plateformes de location touristique ne s’empressent pas de faire respecter la règle, c’est qu’elles ne risquent toujours pas de sanctions. Voté en octobre 2016, le décret d’application n’est toujours pas sorti. La décision de les traîner en justice apparaît dès lors comme le seul moyen de faire respecter la règle. En suivant l’exemple de Barcelone, Paris espère faire plier Airbnb et consorts. Les dirigeants du géant Airbnb doivent d’ailleurs se présenter au ministère de l’Economie ce lundi 11 décembre. Alors que le sujet de leur convocation  fait suite à un scandale de carte de crédit, cette mise en demeure devrait être évoquée.

Les propriétaires devraient rapidement être contraints de se mettre en règle. Référencement ou bien encore assurance habitation, rien ne doit être négligé. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES