Le DAAF, "ceinture de sécurité" de l'habitation

Articles sur
le même sujet
Voir plus d'articles
Suivre l'actualité de l'assurance
Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez les dernières actualités de l'assurance ainsi que nos conseils pratiques.
Abonnez-vous !

Guide de l'assurance > Actualité Assurance > Assurance habitation > Le DAAF, "ceinture de sécurité" de l'habitation

Actualité de l'assurance

Assurance habitationVoir toute son actualité

Le DAAF, "ceinture de sécurité" de l'habitation

|
Consultations : 2113
Commentaires : 0
détecteur de fumée
D’ores et déjà imposé dans les établissements publics de l’Hexagone, l’équipement en détecteur avertisseur autonome de fumée (DAAF) deviendra une obligation à compter du 8 mars 2015 pour l’ensemble des habitations individuelles. Un outil de prévention qui, à moindre coût, permet d’éviter le pire des scénarios.
 

La parade face à l’incendie domestique

Chef du groupement des sapeurs-pompiers du Sud-Aveyron, Alain Guesdon ne doute plus de la pertinence du détecteur avertisseur autonome de fumée (DAAF). Une certitude acquise sur le terrain.
Il s’agit effectivement de la meilleure solution pour prévenir rapidement les incendies qualifiés de domestiques tels que court-circuit, surchauffe électrique et cigarette mal éteinte. Un type d’incendie qu’un Français sur trois rencontre au moins une fois dans sa vie.
Alain Guesdon précise : « En cas d’incendie nocturne dans un lieu d’habitation, ce ne sont pas les flammes mais les fumées toxiques qui font le plus de victimes. Si les gens dorment par exemple à ce moment-là, ils s’asphyxieront sans même s’en rendre compte, d’où l’importance d’avoir un détecteur sonore qui alerte les occupants ».
 

Le sous-équipement français

Malgré toute l’utilité du DAAF, seuls 10 % des habitations individuelles de l’Hexagone en sont équipées.
Pourtant, ce petit appareil double les chances de survie des locataires en cas de survenance d’un incendie. En ce sens, Alain Guesdon déclare : « Il suffit de comparer le nombre de morts à la suite d’incendies dans des hôtels, une dizaine en moyenne par an, avec celui dans des habitations individuelles, une centaine environ, pour se convaincre de l’utilité ».
Argument ultime : le prix. Un DAAF certifié ne coûte pas bien cher. Comptez aux alentours des 30 euros.
 
Le conseil d’Assurland : pour bénéficier d’un dispositif tout à fait efficace, faites attention à la certification. Recherchez les DAAF estampillés EN 14 604 CE et NF DAAF 292 !
 

Faites jouer la concurrence, comparez les acteurs du marché pour le produit de votre choix !

Assurance AUTO Assurance SANTE Assurance MOTO Assurance HABITATION Assurance VIE Assurance CREDIT Assurance DECES
Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction

S'abonner aux actualités par flux RSS
Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir instantanément les dernières
actualités en direct.
S'abonner aux flux RSS