Assurance habitation

Les Français ont dépensé en moyenne 1700 euros par logement pour se chauffer

Publié par le

Au m², l'électricité est la source d'énergie qui revient le plus cher

Pour les Français, la note de chauffage a été salée en 2019 : 1 700 euros en moyenne par logement, d'après une étude du spécialiste de la rénovation énergétique Effy sur un échantillon de 50 000 personnes. Selon la source d'énergie et la localisation, la facture peut néanmoins changer de façon drastique. Ainsi, le chauffage électrique est celui qui revient le plus cher. À savoir que le gouvernement voudrait interdire les passoires thermiques à la location.

Des écarts de plus de 300 euros en fonction des régions

Si le coût moyen par logement en terme de chauffage s'élève à 1 700 euros, Effy a constaté quelques écarts en fonction des régions. C'est en Île-de-France que la douloureuse est la plus élevée : 1 864 euros en moyenne. En Occitanie, elle est la plus basse : 1 524 euros, suivie de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, à 1 566 euros. Ainsi, les différentes moyennes par région s'échelonnent comme suit :

  • Île-de-France : 1 864 euros ;
  • Auvergne-Rhône-Alpes : 1 802 euros ;
  • Normandie : 1 784 euros ;
  • Bourgogne-Franche-Comté : 1 756 euros ;
  • Grand Est : 1 745 euros ;
  • Centre-Val-de-Loire : 1 743 euros ;
  • Hauts-de-France : 1 675 euros ;
  • Corse : 1 659 euros ;
  • Pays-de-la-Loire : 1 622 euros ;
  • Nouvelle-Aquitaine : 1 610 euros ;
  • Bretagne : 1 568 euros ;
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur : 1 566 euros ;
  • Occitanie : 1 524 euros.

L'amplitude constatée parmi ces moyennes est donc de 340 euros.

Une dépense différente selon le type de chauffage

Mais la région n'est pas le premier critère de différence entre les dépenses en chauffage. La source d'énergie utilisée est en effet déterminante et amène à de très grandes différences, du simple à plus de son double. Les plus facturés sont les foyers se chauffant au fioul, avec une somme de 1 913 euros en moyenne. Viennent ensuite les foyers chauffés à l'électricité, qui règlent la note moyenne de 1 802 euros. On trouve juste derrière les consommateurs de gaz, à 1 446 euros. Enfin, ceux qui se chauffent au bois paient le moins cher, et de très loin, avec une facture à 759 euros en moyenne ! Il semblerait donc que cette source d'énergie soit sans contestation la plus rentable. Rappelons toutefois que cette dernière a été interdite en Île-de-France en 2020 à cause de ses rejets de particules fines.

Dans un souci d'objectivité et d'impartialité, Effy a également mis en relation ces différentes énergies à leurs surfaces associées. Ainsi, à surface égale, le coût moyen au m² par énergie fait revenir les énergies dans l'ordre suivant :

  • électricité : 15,9 euros par m² ;
  • fioul : 12,9 euros par m² ;
  • gaz : 11,7 euros par m² ;
  • bois : 5,8 euros par m².

Si donc l'électricité se révèle être la source d'énergie la plus onéreuse, le bois reste largement la plus avantageuse. « Les habitations équipées au fioul sont en général plus grandes (148 m² en moyenne) que celles dotées d’installations à l’électricité dont la surface moyenne est de 113 m² », précise le spécialiste de la rénovation énergétique.

En finir avec les passoires thermiques

Si les Français paient si cher pour si chauffer, c'est entre autres à cause de la présence de passoires thermiques dans le parc de logements national. En effet, on ne recense pas moins de 7 millions et demi d'entre elles dans le pays, d'après une étude SeLoger.

Les Français sont donc incités à entamer des travaux de rénovation énergétique pour endiguer ce phénomène. Mais de telles opérations sont parfois très coûteuses, freinant les propriétaires désirant franchir le pas. « Des solutions existent pour faire baisser la facture, à commencer par l'isolation du logement ou la rénovation du système de chauffage », allègue Frédéric Utzmann, président d’Effy. D'ailleurs, depuis le 1er janvier 2020, un nouveau barème de la prime pour la rénovation énergétique, le CITE (Crédit d'impôt de transition énergétique) est en vigueur. Elle concerne surtout les ménages modestes.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES