Assurance habitation

Les taxes sur les résidences secondaires vont augmenter

Publié par le , Mis à jour le 23/02/2018 à 15:31
468 vues 1 réaction Note

La surtaxe d’habitation devrait passer de 20 % à 40 % à Saint-Jean-de-Luz

Les propriétaires d’une résidence secondaire en France vont payer de plus en plus cher. Pour lutter contre la location de logements via Airbnb, plusieurs villes ont décidé d’augmenter leur taxe sur les résidences secondaires.

Le taux de la taxe triplé dans certaines villes

Terminée la taxe d’habitation, dites bonjour à la surtaxe d’habitation. Mais que cache ce mot effrayant ? Il s’agit d’un impôt sur les résidences secondaires. Depuis quelques années déjà, les villes peuvent augmenter le montant de cette taxe que doivent payer les propriétaires de biens immobiliers qui ne sont pas loués (les résidences secondaires). Alors qu’habituellement cette surtaxe est 20 % plus élevée que la taxe d’habitation, certains maires ont décidé de la revoir à la hausse. Elle devrait passer à 60 % à Nice, 50 % à Bordeaux ou bien encore 40 % à Saint-Jean-deLuz. Instaurée sous le quinquennat de François Hollande, la surtaxe d’habitation devait dissuader les propriétaires d’acheter plusieurs appartements vides pour en faire des locations touristiques via Airbnb.

Lutter contre Airbnb et engranger des recettes

Si la taxe d’habitation devrait bientôt être supprimée par le gouvernement, la surtaxe est un cheval de bataille pour les élus locaux. Outre la lutte annoncée contre le géant Airbnb, cette augmentation devrait compenser les baisses des dotations de l’Etat. Interrogé par le journal Les Echos, le maire de Saint-Jean-de-Luz reconnaît qu’il s’agit d’une recette supplémentaire : « son produit va passer de 454.000 à 708.000 euros, ça facilite la construction de logement sociaux sans être douloureux pour les propriétaires, qui paieront en moyenne 140 euros de plus en 2018 ».

Des maires militent également pour la fusionner à une autre taxe, celle sur les logements vacants. « Les bases de ces taxes vont disparaître, nous plaidons pour les fusionner toutes les deux », indique Jacques Baudrier, élu à la mairie de Paris. Pour ce qui est de la lutte contre la croissance d’Airbnb, les municipalités espèrent beaucoup du numéro d'enregistrement obligatoire.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
1 RÉACTION
Si ce n'était pas si triste - on peut se moquer de ces Français tellement naïfs, qui se laissent aujourd'hui encore torturer, comme des serfs au Moyen Age. Donner un bien en location à l'année - en France pour un propriétaire c'est comme un suicide financier. La plupart des gens qui possèdent une maison de vacances ont travaillé pour cela. C'est la classe moyenne et ce sont les mêmes personnes qui passent leurs vacances dans les stations touristiques et y dépensent leur argent. Nous sommes un couple d'un pays européenne, possédons une maison de vacances ici qui est utilisée seulement par nous et nos proches. Elle n'est jamais louée. Donc, progressivement, nous nous sentons importuns dans ce pays. Nous envisageons de quitter la France. Nous ne sommes pas des ânes stupides ...

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES