• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance habitation

Location immobilière : des discriminations selon l'origine

Publié par le

Des discriminations pour l'accès au marché locatif

Le constat est accablant. Le CNRS vient de publier les résultats d’une enquête portant sur les difficultés qu’ont les personnes ayant un nom d’origine africaine et maghrébine à trouver un logement. Ce phénomène est particulièrement visible dans les villes moyennes.

Location immobilière : de fortes discriminations

Ce n’est pas la première fois qu’un rapport met en avant des discriminations en matière de logement. Alors que l’association antiraciste SOS Racisme avait évoqué des discriminations concernant l’assurance habitation notamment, c’est au tour du CNRS de pointer du doigt ce phénomène. Le centre national de la recherche scientifique (CNRS) vient de publier une étude dénonçant le fait que nous ne sommes pas tous égaux pour visiter ou louer un logement. Grâce à la méthode du « testing », les chercheurs ont entre juin et décembre 2016 ont pu mesurer les difficultés d’accès au marché locatif des personnes portant un nom d’origine africaine ou maghrébine.

Une enquête menée durant plusieurs mois

« A l'arrivée, c'est une base de données expérimentales de 25 000 observations que nous avons pu constituer couvrant l'ensemble de la France » explique la chercheuse Julie Le Gallo d'AgrosupDijon. Des messages ont donc été envoyés afin de demander des informations en vue d’une visite. Plusieurs candidats fictifs au profil équivalent postulaient pour des offres similaires. Une de leurs caractéristiques était néanmoins différente : leur nom. Alors que ni le lieu de résidence ou l’âge n’a pu poser problème, les noms et prénoms d’origine africaine et maghrébine ont quant à eux étaient un frein à la location d’un logement.

La nécessité de lutter contre ce phénomène

Une personne se nommant Sébastien Petit a ainsi 26,7 % de chances en plus de pouvoir louer un appartement qu’un  candidat se nommant Mohamed Chettouh. « Ces discriminations sont très marquées pour les offres qui émanent de particulier » précise un chercheur. Et un poste stable ne résout pas le problème puisque les inégalités « ne sont que faiblement atténuées lorsque le candidat à la location ajoute un signal de qualité en précisant qu’il est fonctionnaire ».

Ces discriminations sont particulièrement visibles dans des villes de taille moyenne. Après avoir récolté et comparé les résultats dans 50 agglomérations différentes les chercheurs ont constaté que des villes comme Perpignan ou Limoges étaient celles les plus discriminantes. Intervenant peu de temps après la publication de l’étude de SOS Racisme, cette enquête doit être continuée selon les chercheurs. Afin de lutter contre ce phénomène, le CNRS recommande « des explorations plus approfondies ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES