Assurance habitation

Logement insalubre : à Marseille, Denormandie continue sa lutte

Publié par le , Mis à jour le 19/07/2019 à 15:05

maison-insalubre

Le gouvernement poursuit sa lutte contre le logement indigne à Marseille. Julien Denormandie vient de signer un projet partenarial et annonce la création d’une société d’aménagement d’ici la fin de l’année 2019.

Un projet partenarial et une société d’aménagement

Il l’avait promis. Julien Denormandie ministre du Logement est revenu pour la 6ème fois en moins d’un an à Marseille. Une visite pour signer le Projet partenarial d’aménagement mais aussi pour annoncer la création d’une société d’aménagement qui devrait voir le jour d’ici la fin de l’année. Les objectifs affichés sont simples : transformer la cité phocéenne et débarrasser la ville des logements indignes.

Julien Denormandie a notamment annoncé « sa détermination totale pour gérer l’urgence » mais a aussi rappelé son soutien et celui de l’État dans cette lutte : « Nous ne lâcherons jamais les Marseillais, il y aura un engagement exceptionnel de la part de l’État ».

Pour remplir cette tâche, le ministre a notamment indiqué sur Twitter : « Aujourd’hui nous signons le projet partenarial d’aménagement de Marseille. Des actions concrètes pour le centre-ville. 200 000 habitants concernés par la réhabilitation, la lutte contre l’habitat indigne et l’amélioration de l’attractivité commerciale ».

En parallèle, une future société d’aménagement aura pour mission de « repérer les logements insalubres, rénover les bâtiments et les remettre sur le marché ».

40 000 logements insalubres à Marseille

Avec ces nouvelles actions, Denormandie compte mettre un terme à l’habitat indigne. En novembre 2018, deux immeubles insalubres se sont effondrés provoquant la mort de huit personnes. Quelques jours plus tard, le ministre en déplacement à Marseille avait annoncé le déblocage de 240 millions d’euros pour aider à la rénovation des logements jugées indignes.

Selon les données de la Fondation Abbé Pierre, la ville compterait à elle seule 40 000 logements insalubres soit 13% des habitations de la ville. Un chiffre colossal que souhaite mettre à mal le gouvernement.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES