Assurance habitation

MaPrimeRénov' : vous pouvez simuler votre future aide à la rénovation énergétique

Publié par le , Mis à jour le 09/10/2020 à 10:23

Jusqu'à 90% du coût des travaux vont pouvoir être pris en charge

Nous vous en parlons depuis plusieurs semaines déjà : la nouvelle prime pour la rénovation énergétique des logements, « MaPrimeRénov’ », va entrer dans une nouvelle phase le 1er janvier 2021. Emmanuel Wargon, la ministre déléguée auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée du Logement, en a dessiné les contours dans un entretien au Parisien.

Une prime avec de nouvelles ambitions

« MaPrimeRénov’ » (MPR) était déjà en vigueur depuis le 1 janvier 2020, mais elle s’adressait en priorité aux propriétaires les plus modestes ; tandis que les ménages les plus aisés pouvaient eux profiter du Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), d’ailleurs encore en vigueur jusqu’à la fin de l’année civile.

Mais, à partir du 1er janvier, MaPrimeRénov’ deviendra l’unique aide pour tous les foyers, elle s’adressera donc à davantage de Français, et y compris aux copropriétés et propriétaires bailleurs. Des travaux d’une plus grande ampleur seront également éligibles à la prime, contrairement à la première mouture de la prime, qui concernait les petites rénovations (isolations de fenêtres, changement de chaudières…).

Passer de 150 000 bénéficiaires à 500 000

MaPrimeRenov’ monte donc en régime : 2 milliards d’euros vont être injectés sur deux ans et le nombre de bénéficiaires devrait grimper aussi : 150 000 dossiers ont été présentés en 2020 pour bénéficier de la prime ; la ministre déléguée a annoncé en attendre entre 400 000 et 500 000 en 2021.

Cette population a été divisée en quatre, des plus modestes aux plus aisés, afin de répartir les aides, puis les barèmes sont notamment ajustés en fonction de la localisation du lieu d’habitation et de la composition familiale. Les ménages les plus modestes vont ainsi pouvoir être aidés à hauteur de 90% du coût des travaux, car MaPrimeRénov’ a aussi l’avantage d’être cumulable avec d’autres aides : éco-prêt à taux zéro, aides de collectivités locales, aide d’Action logement, Certificats d’économies d’énergies (CEE)…

Pour donner une idée des montants de la prime, le gouvernement a simulé quelques cas concrets.

 

  • Pour un couple avec un enfant, habitant une maison individuelle dans le Pas-de-Calais, et avec un revenu annuel de 25 000 euros : le remplacement d’une chaudière au fioul par une chaudière à granulée coûterait en moyenne sans aide 18 500 euros. Avec la nouvelle version de MaPrimeRenov’, 10 000 euros seront pris en charge, et 4 000 euros peuvent l’être en plus par l’intermédiaire des Certificats d’économies d’énergie (CEE) délivrés par les fournisseurs d’énergies aux clients qui réduisent leur consommation.

> Une économie totale de 14 000 euros sur une facture initiale 18 500 euros.   

 

  • MaPrimeRénov’ souhaite surtout désormais financer des travaux d’ampleur : le gouvernement donne l’exemple d’une famille avec deux enfants aux revenus annuels de 29 000 euros et vivant en maison individuelle dans la Meuse. L’isolation des murs par l’extérieur (pour 100m2) devrait leur coûter en moyenne 15 000 euros : ici la prime devrait financer 9 700 euros, et le Certificat d’économies d’énergies, s’il est obtenu, 3 718 euros

> Une économie de 13 500 euros sur un coût moyen de l’ordre de 15 000 euros.

 

  • Pour finir, on peut évoquer le cas d’un couple de retraités, aux revenus de 20 000 euros par an, et propriétaires d’une maison individuelle dans le Vaucluse. Réaliser l’isolation des rampants de toiture et des plafonds de combles (pour 100m2) devrait leur coûter moins de 4 600 euros avec la prime, sur une facture de 9 100 euros en moyenne pour ce type de travaux

> Une économie de 4 500 euros : 2 500 euros avec MaPrimeRénov’, 2 000 à l’aide du Certificat d’économies d’énergies.

 

Pour vous aiguiller, le gouvernement a mis en ligne un simulateur pour estimer le montant des aides, ainsi qu’un annuaire des professionnels agréés. Enfin, n’oubliez pas que selon les travaux de rénovations effectués, il peut être intéressant de comparer votre assurance habitation, pour couvrir des équipements onéreux (panneaux photovoltaïques…) ou des nouveaux risques (constructions en bois plus sensibles aux incendies…)

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES