Assurance habitation

Squat : 75% des propriétaires ont retrouvé leur bien

Publié par le , Mis à jour le 28/05/2021 à 12:35

Que représente les squats en France ? Le ministère du logement vient de dévoiler les chiffres de ce phénomène qui n’est « pas aussi massif » que prévu. Dans 75% des cas, les propriétaires ont réussi à récupérer leur bien.

80% des signalements sont concentrés dans quatre régions

Le ministère du logement vient de publier les chiffres sur les procédures engagées par les propriétaires suite au squat de leur logement.

C’est d’ailleurs la première fois que le gouvernement dévoile les statistiques sur les squats. En avril dernier, Emmanuelle Wargon a annoncé la création d’un observatoire des squats. Un observatoire pour recenser les signalements des propriétaires.

Depuis janvier 2021, 124 affaires de squats ont été signalés en France. Dans 75% des cas, les propriétaires ont réussi à récupérer leur bien. Pour les autres, les dossiers sont toujours en cours de traitement en raison de dossiers incomplets ou de recherche de places d’hébergement pour les squatteurs. La ministère assure que ces dossiers seront résolus prochainement.

Toujours selon le rapport de ce nouvel observatoire, on apprend que 80% des cas de signalements sont concentrés dans quatre régions : l’Ile-de-France (52 cas), les Hauts-de-France (17 cas), la région PACA (16 cas) et l’Occitanie (13 cas).

“Si tous les cas de squats sont inadmissibles et suscitent régulièrement une émotion légitime, le principal enseignement de ce premier bilan est que le squat n’est pas un phénomène massif en France”, avance le Logement.

Un amendement pour simplifier les expulsions des squatteurs

En août 2020, la mésaventure d’un couple de retraité lyonnais a poussé le ministère à accélérer la cadence au sujet des squatteurs. Emmanuelle Wagon, annonce soutenir un amendement permet une accélération des procédures (loi Asap).

Dès l’identification d’un squat, un propriétaire peut déposer plainte auprès du préfet en lui prouvant que son logement est bien occupé illégalement : « Le préfet a 48 heures pour vous répondre et au bout de 48 heures le préfet lui-même met en demeure le squatteur de partir » précise la ministre du logement lors d’une interview à RTL.

Les squatteurs ont 24 heures pour quitter le squat. Passé ce délai, le représentant de l’Etat peut demander l’intervention des forces de l’ordre. Un texte qui concerne les résidences principales, les secondaires et les occasionnelles.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance habitation

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

}