Un tiers des détecteurs de fumée inefficaces

Articles sur
le même sujet
Voir plus d'articles
Suivre l'actualité de l'assurance
Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez les dernières actualités de l'assurance ainsi que nos conseils pratiques.
Abonnez-vous !

Guide de l'assurance > Actualité Assurance > Assurance habitation > Un tiers des détecteurs de fumée inefficaces

Actualité de l'assurance

Assurance habitationVoir toute son actualité

Un tiers des détecteurs de fumée inefficaces

|
Consultations : 1161
Commentaires : 0
Simulation gratuite d'assurance habitation : Economisez sur votre assurance habitation

C’est le terrible constat dressé par l’UFC-Que choisir : après avoir testé dix-huit détecteurs de fumée, l’association de défense des consommateurs a pu constater que six d’entre eux étaient « problématiques ». Elle a décidé de porter plainte contre les importateurs et fabricants évoquant des « pratiques commerciales trompeuses ». Explications.

La crainte d’une ruée

Alors que la loi Morange qui oblige chaque particulier à équiper son logement d’un détecteur autonome avertisseur de fumée (DAAF) entrera en vigueur le 8 mars 2015, 60 à 65 % des foyers français risquent de ne pas avoir installé ce dispositif dans les temps si l’on en croit la Fédération Française des Métiers de l'Incendie (FFMI).

C’est dans ce contexte qu’intervient cette mise en garde de l’UFC-Que Choisir adressée aux consommateurs français. A l’instar d’autres associations, elle craint que les Français ne se ruent sur des détecteurs de fumée non conformes à l’approche de la date butoir.

Des « résultats accablants »

Si l’on en croit les résultats de sa dernière enquête, cette crainte est loin d’être infondée. En effet, sur les dix-huit détecteurs que l’association a testés, un tiers pose problème.

Dans le détail, deux des DAAF ont tout de suite présenté des anomalies comme la possibilité de « refermer le boîtier sans les piles ».

Les quatre autres détecteurs incriminés ont été jugés dangereux car ils se sont déclenchés trop tard alors que les fumées avaient atteint un niveau d’opacité trop important ou ils n’ont pas détecté les feux de bois ou de literie. Et, si cela ne suffisait pas, l’un des DAAF a pu être acheté en juin 2014 alors même qu’il avait fait l’objet d’une injonction de retrait du marché en 2013…

Comment faire le bon choix ?

Immo : l?UFC-Que choisir avertit sur les détecteurs de fuméePour faire le bon choix, il faut mettre le prix au moment d’acheter votre détecteur de fumée. Ainsi, selon la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), la fourchette basse oscille entre 12 et 15 euros. En dessous de ce prix, il faut faire preuve d’une vigilance redoublée car les appareils défectueux sont souvent vendus à bas prix.

Au-delà du tarif du DAAF, il faut prêter attention à l’emballage. En effet, il doit laisser apparaître le marquage CE accompagné de la référence à la norme d'application obligatoire « NF EN 14604 ».

A noter qu’il est possible de bénéficier d’un détecteur de fumée moins cher grâce à votre contrat d’assurance habitation. En effet, de nombreux assureurs comme Allianz et la Macif proposent un tarif préférentiel à leurs assurés.

Faites jouer la concurrence, comparez les acteurs du marché pour le produit de votre choix !

Assurance AUTO Assurance SANTE Assurance MOTO Assurance CHIEN ET CHAT Assurance VIE Assurance CREDIT Assurance DECES
Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction

S'abonner aux actualités par flux RSS
Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir instantanément les dernières
actualités en direct.
S'abonner aux flux RSS