• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance moto

Assurance moto : de la prévention pour les lycéens nordistes

Publié par le , Mis à jour le 19/10/2012 à 18:02
Alors que les derniers chiffres de la Sécurité routière – lire La mortalité routière encore en hausse en mars 2011 – révèlent une triste envolée du nombre de motocyclistes tués sur les routes de France, l’heure est à la prévention dans le nord du pays. À l’initiative de la compagnie d’assurance MAAF, les jeunes de la région ont été sensibilisés à la conduite sous l’influence de différents produits.

Des cobayes volontaires

Comment convaincre 300 lycéens de la dangerosité de la conduite sous influence ? En utilisant des cobayes ! Quatre clients de la MAAF – tous volontaires, rassurez-vous – ont en effet été invités à conduire sous l’emprise de l’alcool, de stupéfiants et de tranquillisants. Résultat : une dangerosité évidente.

Une démonstration édifiante complétée par la projection de documentaires et spots publicitaires choc concernant plus largement la sécurité routière.

Chargé de la communication au sein de la Direction centrale de la Sécurité Publique, Frédéric Friscourt constate : « A cet âge, les lycéens n'ont pas forcément conscience des risques qu'ils prennent sous l'emprise de drogues, légales ou non. L'alcool est un phénomène qui touche de plus en plus la jeunesse. De plus, les adolescents sont des sujets plus fragiles car la plupart conduisent des deux-roues et sont moins protégés que s'ils conduisaient une voiture. Les récents chiffres des accidents mortels montrent que le tiers des accidents concerne des deux-roues ».

Des stands et des débats

Cette journée de sensibilisation permettait aussi de visiter différents stands sur l’addiction à l'alcool, aux stupéfiants ou aux médicaments et les dangers qui, sur la route, résultent de la consommation de ces produits.

Autre temps fort de la journée, le débat avec Frédéric Friscourt qui évoque l’historique de l‘événement : « Nous avons démarré cette manifestation en 1998, nous sensibilisons plus de 13 000 personnes par an. Nous savons très bien que nous n'arrivons vraiment à toucher qu'une petite partie de notre affluence mais ce sont déjà des personnes qui réfléchissent à deux fois avant d'avoir un comportement irresponsable au volant. Et on se dit, du coup, que ce sont aussi quelques vies qui peuvent être sauvées ».

La journée s’est achevée par un autre débat qui concernait cette fois les sociétaires de la MAAF qui, en dépit d’un âge plus avancé, n’ont pas été insensibles aux images ni aux arguments de Frédéric Friscourt.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES