• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance moto

Cityscoot lève 40 millions d'euros pour s'implanter hors de Paris

Publié par le

La société compte s’implanter dans 50 villes à travers le monde

Cityscoot compte bien se développer. L’entreprise, qui propose un service de scooters électriques en libre-service, vient de lever 40 millions € pour s’implanter hors de Paris. D’ici fin 2018, elle espère disposer d’un parc de 5 000 deux-roues.

Le partage de véhicules en plein essor

Le « free-floating » est une véritable révolution pour le transport urbain. Si bien que l’entreprise Cityscoot compte se développer. Cet opérateur de scooters électriques en libre-service n’existe pour l’instant qu’à Paris et à Nice depuis peu. Et c’est là que le bât blesse. Pour y remédier, Cityscoot vient de lever 40 millions d’euros auprès de nombreux partenaires comme la RATP ou InVenture Partners. « Nous avons choisi la branche investissement de la RATP plutôt qu'un constructeur automobile. Nous avons plus un ADN de transport public que de mobilité individuelle, nous nous voyons comme une alternative à la voiture » explique Bertrand Fleurose, le fondateur de Cityscoot.

Un tour de table pour se déployer hors de Paris et hors de France

Grâce à ce nouveau tour de table, l’entreprise prévoit de s’installer dans plusieurs villes de France mais aussi d’Europe. Afin d’assouvir ces rêves de grandeur, l’entreprise se doit dans un premier temps d’augmenter son nombre de véhicules. Bertrand Fleurose, indique avoir déjà tout prévu : « nous visons désormais un parc de 5 000 scooters d'ici à la fin 2018 ». Le fait de disposer d’un parc plus conséquent va permettre à l’entreprise de s’implanter dans 50 villes à travers le monde.

Pour le moment, Cityscoot dénombre 1 600 deux-roues. Tous ces scooters se concentrent dans Paris et 4 autres villes de l’ouest Parisien. Parmi les nombreux nouveaux véhicules prévus avant fin 2018, 1 000 seront destinés à la capitale. La société, qui a également déployé 500 scooters à Nice au cours de ce premier semestre, souhaite s’installer dans 4 autres agglomérations. Les villes de Genève et Milan font parties des objectifs de Bertrand Fleurose.

Le scooter en libre-service : un marché concurrentiel

Cityscoot peut compter sur une bonne réputation pour réussir son pari. L’entreprise compte près de 70 000 clients dont 40 % utilisent ses services chaque mois. Ses clients effectuent principalement des trajets domicile-travail. « Le point d'équilibre de notre métier se situe vers quatre ou cinq trajets par jour et par scooter. Nous sommes déjà à ce niveau-là »  analyse Bertrand Fleurose. La société devra tout de même faire face à la concurrence. A Bordeaux par exemple, l’entreprise Yugo, fondée à Barcelone par des entrepreneurs français, propose depuis février une flotte de scooters électriques en libre-service.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES