Assurance moto

Grève des transports : 500 € de prime à l'achat d'un vélo électrique

Publié par le

La prime couvrira 50% du prix d'achat TTC du vélo électrique

Île-de-France Mobilités (IDFM) prévoyait de lancer sa prime à l'achat d'un vélo électrique dans le courant du mois de février. Avec la grève reconductible des transports annoncée pour le 5 décembre, l'organisation a revu son plan de bataille : rendre cette prime accessible dès le 1er décembre.

RATP & SNCF : la grève massive des transports en commun du 5 décembre

À partir du 5 décembre et pour une durée indéfinie, se déplacer en Île-de-France risque d'être aussi ardu que de progresser dans le Mordor. IDFM l'a annoncé : « se déplacer en transports en commun sera extrêmement difficile », pour ne pas dire impossible. Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France et d'IDFM ne mâche pas ses mots : « Île-de-France Mobilités a passé un contrat avec la SNCF et la RATP avec l’obligation de réaliser un service minimum aux heures de pointe. Une interruption dure et longue sans service minimum sera un cauchemar pour les Franciliens. Si le service minimum n'est pas réalisé, je réitère ma demande de remboursement des voyageurs. Enfin, je demande au gouvernement de faire voter un vrai service garanti de 100% aux heures de pointes : avec 9,5 millions de voyageurs par jour en Île-de-France, les transports en commun sont un service public indispensable », assène-t-elle.

Cette grève sera probablement historique : elle réunit un nombre ahurissant de syndicats et corps de métiers. On retrouvera dans ce mouvement social les syndicats de la RATP et de la SNCF, la CGT, FO, FSU, Solidaires, des organisations d'Air France, d'EDF, d'avocats ou encore de magistrats. Ceux qui souhaitent se déplacer en Île-de-France à partir de la date fatidique vont donc devoir trouver des solutions viables. On imagine déjà en quoi la voiture individuelle va poser problème à cette période : autoroutes et boulevard périphérique parisien bouchés, centre-ville impraticable, augmentation des comportements à risques chez les conducteurs...

Une prime maximale de 500 € à l'achat d'un vélo électrique

Une des solutions proposées par IDFM est donc une prime à l'achat d'un vélo électrique. Cette dernière avait déjà été annoncée par Valérie Pécresse en septembre dernier. Elle avait au départ convenu d'un chèque « sans condition de ressources » disponible à partir de février 2020. L'aide doit prendre en charge 50% du coût TTC d'un vélo électrique et peut s'élever à 500 € maximum (voire 600 € pour les vélos de type « cargo »). Ainsi, elle sera de 400 € pour l'achat d'un vélo électrique à 800 € (les tarifs des vélos électriques débutent à 800 €). Le but de cette prime est clair : « inciter les Franciliens à acheter un vélo à assistance électrique, pendant les grèves et au moment des fêtes de fin d'année. »

Bien que la prime soit effective à partir du 1er décembre, les demandes d'aides ne pourront être effectuées via le site internet d'IDFM qu'à partir de février, sur présentation d'une preuve d'achat. En outre, seuls les habitants de la région pourront en bénéficier, si et seulement s'ils s'engagent à ne faire qu'une demande pendant cinq ans et à conserver le deux-roues pendant trois ans. La revente est donc de facto proscrite. Il devient dès lors doublement pertinent d'assurer son vélo électrique avec le forfait adapté !

Télétravail, covoiturage, Véligo... les autres solutions

D'autres solutions ont également été pensées pour répondre à cette grève aux allures apocalyptiques. IDFM a décidé d'offrir un mois gratuit pour son service Véligo Location du 25 novembre au 31 décembre. Véligo permet la location de vélos électriques pour une durée de 6 mois à un coût de 40 € par mois (réparation et entretien inclus). Tout comme pour le pass Navigo, l'abonnement mensuel Véligo peut être prise en charge à hauteur de 50% par l'employeur (seul ou en complément du Navigo). Vélib offre aussi son premier moi d'abonnement V-Plus et V-Max pour toute nouvelle souscription, et ce jusqu'au 15 décembre.

IDFM veut en outre indemniser le covoiturage. Pendant la durée de la grève, l'organisme prendra en charge les frais de cinq plateformes : BlaBlaLines, Covoit'ici, Karos, Klaxit et Ouihop. Enfin, il reste la solution du télétravail pour les professions le permettant. « Pour ceux qui ont la possibilité de le faire, le télétravail reste, dans la mesure du possible, la solution la plus adéquate face à la baisse du nombre de trains et de métros pendant cette période difficile », recommande IDFM.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES