Assurance moto

Grève : les Parisiens ne descendent plus de leurs vélos

Publié par le , Mis à jour le 05/02/2020 à 10:55

Un Parisien à vélo

À Paris, alors que la grève touche quasiment à sa fin et que les transports en commun circulent de nouveau plutôt bien, les Parisiens ne semblent pas être prêts à renoncer au vélo. Obligés de fouler les pistes cyclables pour se déplacer dans la capitale durant les grèves, ils semblent avoir pleinement adopté ce moyen de locomotion. Assurland fait le point.

Métro ou vélos ? Les choix se font rapidement

Durant les grèves des transports, la ville de Paris a recensé jusqu'à 3 fois plus de cyclistes par rapport à avant. Plus de 190 000 déplacements ont été enregistrés, que cela soit en utilisant un vélo personnel ou un Vélib. Le nombre de cyclistes à tellement augmenté qu’il était même parfois possible de se retrouver coincer dans un bouchon de vélos. Rien qu’à Hôtel de Ville, on pouvait voir passer environ 800 personnes en selle toutes les heures.

Et malgré que la grève se soit déroulée en hiver, malgré le froid, et malgré même une reprise plus fluide du trafic, certains Parisiens ne semblent pas prêts à renoncer au vélo. Alors que la circulation est redevenue à peu près normale dans la capitale française, on note une hausse de 64 % de personnes à vélo par rapport à avant la grève. Alors que beaucoup pensaient que cela prolongerait leur temps de trajet, et les ferait arriver en nage au travail, ils se rendent compte que c’est tout l’inverse. En effet, beaucoup se sont rendu compte que la circulation était plus fluide, et donc plus rapide ainsi. Mais surtout, que Paris est une ville simple à traverser à vélo. Les néo-cyclistes prennent donc goût à ce nouveau moyen de transports et arrivent à destination en meilleure forme que lorsqu’ils ont passé une demi-heure serrés aux autres dans le métro. De plus, forcés de se déplacer ainsi, faute de moyens durant les grèves, beaucoup ont investi dans l’achat d’un vélo et de ses accessoires. Ils ont donc envie de rentabiliser leurs achats. C’est d’ailleurs ce que confirme Christophe Najdovski, maire-adjoint de Paris aux transports et espace public, dans l’interview que nous avons réalisé sur le sujet.

Le vélo et les élections municipales parisiennes

Suite à ce fort intérêt porté au vélo de la part des Parisiens, cela devient un point important dans la campagne des candidats aux élections municipales du mois de mars 2020. Comme le dit Frédéric Héran, économiste des transports et urbaniste, “l’idée que le vélo puisse être une réelle solution de déplacement est devenue bien plus crédible dans la population comme chez les candidats aux élections municipales”.

Ainsi, un “grand oral du vélo” s’est tenu à Paris ce 29 janvier 2020. Tenu par les associations Paris en selle et Mieux se déplacer à bicyclette, 6 candidats à la mairie sont venu répondre à des questions sur leur programme concernant les vélos. La majeure partie des candidats souhaitent transformer des places de parking pour créer davantage de pistes cyclables. Certains, comme Cédric Villani par exemple, pensent rendre l’utilisation des Vélib gratuite durant les 2 premières heures au lieu des 30 minutes actuelles. D’autres en revanche, comme Rachida Dati, s'intéressent moins au sujet préférant se concentrer sur les voitures. Quoi qu’il en soit, il se peut que ces éléments soient pris en compte par les Parisiens et oriente leur choix lorsqu’il sera l'heure de voter.

Vous l’aurez compris, pédaler à Paris pourrait devenir une nouvelle habitude. En plus de permettre aux habitants de la capitale de se déplacer plus rapidement, c’est également bon pour entretenir sa forme physique, et c’est bon pour la planète. Et, pour rouler serein, sachez que vous pouvez souscrire une assurance vélo qui vous couvre en cas d’accident.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES