Assurance moto

La Sécurité routière lance une première campagne d'envergure pour les vélos

Publié par le , Mis à jour le 25/09/2020 à 15:22

Crédits photo : Sécurité routière 2020

Alors que la pratique du vélo a le vent en poupe, la recrudescence des accidents impliquant des cyclistes inquiète les pouvoirs publics. La sécurité routière lance aujourd’hui une grande campagne de sensibilisation destinée à tous les usagers de la route, pour un partage de celle-ci plus serein.

Une année pour le vélo

Tout a commencé en décembre dernier. La grève nationale menée par la SNCF et la RATP en contestation de la réforme des retraites conduit des milliers de salariés à réinventer leurs trajets quotidiens. Jamais on ne vit, à Paris, autant de de personnes se rendre au travail à pied, à vélo, ou grâce à un autre moyen de transport doux (trottinette, gyroroue…).

Cette nouvelle habitude s’est trouvée renforcée, quelques mois plus tard, pendant et après le confinement, comment un moyen d’éviter les transports en commun. Et en cette rentrée, tout le monde se retrouve donc en selle. Le nombre d’usagers à vélo a augmenté de 25% en une année. La fréquentation cyclable a bondi de 30% du 11 mai (date du déconfinement) à la rentrée, par rapport au même intervalle de temps il y a un an.

Le fruit d’une tendance de fond depuis dix ans

Mais les événements de cette année ont en réalité accéléré une tendance de fond, qui s’observait déjà depuis plusieurs années. Le trafic cycliste avait en effet déjà progressé de 20% entre 2013 et 2018 ; selon l'association Vélo et Territoires, qui rassemble les collectivités mobilisées pour le développement du deux-roues à pédale en France.

En récupérant les données de bornes de comptage installées dans toute la France, l’association a pu constater que les déplacements à bicyclette prennent de l’ampleur partout : +34% en milieu urbain, +20% en périurbain et +19% en milieu rural. Dans certaines grandes villes, comme Paris, l’inflation du nombre de cyclistes sur les voies est exponentielle : +72%. (Un chiffre poussé par le développement conjoint des vélos en libre-service).

La dangerosité augmente parallèlement au nombre d’usagers

Mais ce développement du deux-roues-doux ne va pas sans une hausse mécanique dans sa dangerosité. Avec plus de plus en plus d’usagers sur les voies cyclables, et parmi eux de nombreux débutants, le nombre d’accidents impliquant des cyclistes augmente également dans des proportions inquiétantes.

Depuis le début de l’année, 123 cyclistes ont perdu la vie. Mais les restrictions de déplacements imposées pendant le confinement rendent ce chiffre difficilement comparable par rapport aux années passées. Il est plus significatif de voir qu’entre juin et août 2020 1 566 personnes ont été blessées à vélo, contre 1 362 en 2019. Sur le temps long, on constate que la mortalité s’accroit aussi : elle a augmenté de 27% depuis 2010.

La hausse des accidents se constate par ailleurs elle aussi partout en France. Leur gravité serait six fois plus élevée hors agglomération qu’en centre-ville, mais la mortalité y progresse aussi : 6 cyclistes ont trouvé la mort à Paris en 2019, ils n’étaient que 3 l’année précédente.

Une campagne pour un partage plus serein de la route

Pour freiner cette tendance mortifère, la Sécurité routière lance donc sa première campagne de grande envergure concernant les vélos. Elle se matérialisera par des affiches visibles par les cyclistes, sur les bus et abribus, mais aussi dans la presse.

L’occasion de rappeler quelques règles essentielles pour éloigner le danger : ne pas utiliser de casque audio ou d’oreillettes pour entendre la circulation, ne pas prendre le guidon après avoir trop bu (cela est interdit au-delà de 0,5 g/l de sang), indiquer ses changements de direction, ou encore privilégier toujours la file indienne au « côte à côte ».

Mais cette campagne n’adresse pas que des conseils aux cyclistes. En réalité les messages portés sur les affiches se déclinent en deux couleurs : en jaune pour les cyclistes, en blanc pour les automobilistes.

Car c’est aussi la cohabitation entre les différents modes de transport sur les voies qui, surtout en ville, occasionne de plus en plus de tension et de danger. 65% des cyclistes tués ou blessés le sont en effet lors d’une collision avec un véhicule de tourisme ou utilitaire. Le nom choisi pour cette campagne « Attention à vélo, attention aux vélos » résume ainsi bien la nécessité d’un nouveau partage attentif de la route.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES