• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance moto

Les deux-roues dans le collimateur de la mairie de Paris

Publié par le

Mal stationné son vélo est passible d'une amende

Les deux-roues circulant sur les trottoirs agacent les piétons mais également la municipalité Parisienne. Pour y mettre fin, la mairie de Paris a décidé de les traquer en multipliant les amendes.

Le deux-roues pour se déplacer à Paris

La mairie de Paris ne veut plus de voiture diesel ou essence dans sa ville. Si la voiture électrique ou hybride constitue une alternative, le plus simple et moins onéreux reste le deux-roues. Scooters, motos, vélos, trottinettes, hoverboards, etc. Ces moyens de locomotion deviennent de plus en plus fréquents pour les Parisiennes et Parisiens. Le développement des deux roues pose néanmoins quelques problèmes à la municipalité ainsi qu’aux piétons. Leur usage des trottoirs est dans collimateur de ces derniers.

Eviter les embouteillages et les automobiles

Voir des deux-roues emprunter les trottoirs, que ce soit pour circuler ou stationner, est en effet quelque chose de fréquent à Paris. Daniel, motard, avoue au Parisien : « j’ai emprunté les trottoirs à scooter pendant plusieurs mois pour éviter les embouteillages monstres provoqués par le chantier du tramway dans le secteur de la porte de Saint-Ouen ou de Clichy ». Ce comportement reste toutefois répréhensible et est passible d’une forte amende.

La contravention est en effet de 135 €, pour les vélos comme les pour les scooters. La circulation de ces deux-roues sur les trottoirs provoque également des accidents. L’adjoint à la maire de Paris chargé des déplacements, Christophe Najdovski, estime que 87 % des accidents survenus sur les trottoirs impliquent un véhicule motorisé.

Des places de stationnement créées

Pour faire diminuer ce chiffre impressionnant, la Ville de Paris a décidé de sévir. Premier objectif : « mettre fin au stationnement non autorisé sur les trottoirs dès la fin de l’année prochaine ». La mairie va alors créer près de « 2 000 nouvelles places de stationnement pour les deux-roues dans les zones prioritaires d’ici la fin de l’année et 10 000 places pour les vélos d’ici 2020 ». En ce qui concerne la circulation sur ces trottoirs, le préfet évoque une « tolérance zéro » et annonce un renforcement de la surveillance

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES